“Ne venez pas”. Face à l’invasion des États-Unis, la pouvoir de gauche donne raison à Donald Trump

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

“Les États-Unis l’ont dit clairement, et je vais le répéter, les gens ne doivent pas faire ce voyage dangereux vers notre frontière”, a rappelé hier le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, martelant ainsi le message de Joe Biden, qui a finalement donné raison à Donald Trump sur le problème migratoire.

“Des gens meurent en chemin, ils sont confrontés à la violence, et ceux qui arrivent à notre frontière sont repoussés, car la frontière n’est pas ouverte”, a prévenu le secrétaire d’État. En visite au Costa Rica, le diplomate est venu dissuader les immigrés de partir à l’assaut de la frontière américaine, mais en estimant que “dire ‘Ne venez pas’ ne peut pas suffire”.

“Nous devons travailler ensemble pour qu’il soit plus sûr pour les habitants d’Amérique centrale de rester chez eux sans avoir peur, et avec l’espoir d’un avenir meilleur”, a-t-il déclaré. Le gouvernement de gauche ne souhaite plus que le tiers-monde déferle sur les États-Unis, et préfère payer une rançon de 4 milliards de dollars pour l’éviter.

Au cours de sa visite de deux jours, le secrétaire d’État a rencontré ses homologues d’Amérique centrale avec le même message: défendre la démocratie et combattre la corruption pour s’attaquer “à la racine” du tsunami d’immigrés aux États-Unis.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici