Les masques, de la pénurie à l’excédent: l’allégorie du socialisme français

Image d'illustration / Photo: Freepik
Image d'illustration / Photo: Freepik

Après la pénurie de masques à laquelle la France faisait face au début de la pandémie, les fabricants français en produisent actuellement trop et ont du mal à écouler leurs stocks. Ça se passe toujours ainsi lorsque le gouvernement intervient dans d’un domaine 

Vous vous rappelez du printemps 2020? Pas de masques, le stock stratégique, lui aussi géré par l’Etat, vidé et non-renouvelé, une vague de vols dans les hôpitaux, les racailles vendant les masques à un euro pièce etc.

Désormais, les fabricants français de masques n’arrivent plus à écouler leurs stocks et déplorent que l’Etat achète des produits chinois. Les industriels du pays qui ont investi en masse ont, l’année dernière, multiplié leur production par près de 30.

Les volumes de production de masques ont été multipliés par 30 pour atteindre 100 millions d’unités par semaine, a souligné un porte-parole du cabinet d’Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’industrie.

C’est toujours ainsi: la gestion étatique est un désastre, tandis que le marché, flexible et réactif, s’adapte et répond au besoin, même s’il s’agit d’un besoin crée artificiellement.

Il en fut aussi dans le cas des masques: des entrepreneurs ont sauté sur l’occasion pour combler un vide, de nombreuses usines aient été réaménagées pour répondre à la demande gouvernementale. Mais le masque français est actuellement de 20 à 30% plus onéreux que le produit analogue chinois.

Une différence de prix qui pousse à privilégier ces masques moins chers. De nombreux acheteurs publics optent eux aussi pour des offres étrangères à bas prix. Ceci dit, on ne peut pas leur vouloir. Pour une fois qu’ils ne claquent pas l’argent public, notre argent, pour acheter moins bien et plus cher, mais aux copains…

Le souci est que bien souvent le prix est le seul critères. La qualité de la marchandise, fabriqué dans des conditions obscures, n’est pas à la hauteur. “Nous ne demandons pas de favoritisme mais une concurrence saine“, affirme le PDG de Macopharma, l’entreprise qui avait fourni ses derniers masques en janvier 2021 à Santé publique France en évoquant “des masques qui ne respectent pas les normes“.

Face à la baisse de la commande publique, le marché s’est encore une fois adapté: la société Macopharma a trouvé des débouchés à l’étranger et a exporté sa production pour vider ses stocks.

Faut-il une preuve plus évidente de la supériorité de l’économie libre sur le socialisme français que cette histoire des masques?

L’Etat gère tout mal, gaspille des ressources et c’est le contribuable qui paye l’addition. Les entrepreneurs s’adaptent, répondent au besoin – quelle que soit sa nature – et ils sont les seuls à supporter les conséquences de leurs mauvaises décisions. Au mieux, ils mettent à notre disposition un bon produit au meilleur prix. Au pire, ils font faillite sans impacter le portefeuille du contribuable.

Source: AFP/ Twitter

DICTIONNAIRE MACRON-FRANÇAIS / S comme “Socialisme”

4 Commentaires

  1. Le socialisme français ou le communisme français. Je vous propose toujours d’utiliser le mot approprié. Cela les rend colériques d’être traités de communistes. Un socialiste ou un progressiste n’est qu’un communiste déguisé, alors !

    • socialo-communiste, c’est bien aussi. Ou “sôcialiste” avec l’assent de Charles Pasqua. Et naturellement “gauchiste”.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici