Humanitaire de gauche, un secteur prisé par des prédateurs sexuels: un humanitaire français jugé pour pédophilie

Image d'illustration / Photo: Pixlr
Image d'illustration / Photo: Pixlr

Un travailleur humanitaire français de 52 ans est accusé d’avoir abusé sexuellement de 24 garçons dans plusieurs pays du tiers-monde pendant son travail à l’étranger de 2013 à 2015.

Philippe Gérard, un ressortissant français, est accusé d’avoir abusé sexuellement de 24 garçons âgés de 9 à 15 ans entre janvier 2013 et son arrestation en octobre 2015. Les exactions auraient eu lieu au Népal, au Cambodge et en Inde, où il participait à des missions humanitaires dans des orphelinats locaux.

Selon l’information du journal Le Parisien, il avait déjà été condamné pour cinq agressions sexuelles sur des mineurs en 2005, des années avant qu’il ne s’engage dans de prétendues “missions humanitaires” à l’étranger.

Malgré son inscription au registre des délinquants sexuels et son interdiction d’entrer en contact avec des mineurs, Philippe Gérard s’est engagé dans l’ONG Philmy Voyageurs Solidaires, une association fondée en 2009 par sa mère, qui a pour but de scolariser les enfants vivant dans les rues des pays pauvres.

La fondatrice n’a jamais visité les lieux elle-même, et le nom de son fils n’a jamais été cité dans les statuts de l’organisation.

Selon Le Parisien, le cinquantenaire aurait dormi nu avec de jeunes garçons, se serait douchée avec eux et les aurait touchés de manière sexuelle. Les enquêteurs affirment que les enfants victimes d’abus ont rapporté les mêmes histoires d’abus sexuels.

Après son arrestation en octobre 2015, Gérard a admis qu’il s’était livré à des “attouchements sexuels” mais a affirmé qu’il ne comprenait pas que ce qu’il faisait était un crime.

Il aurait également admis à un psychologue que les missions humanitaires étaient une couverture pour se donner bonne conscience tout en satisfaisant ses pulsions sexuelles.

L’abus sexuel d’enfants par des travailleurs humanitaires est un phénomène qui explose ces dernières années. Un rapport de 2018 de la Chambre des communes du Royaume-Uni a révélé que les abus sexuels étaient “endémiques” dans le secteur de l’aide internationale.

La “nature mondialisée et souvent chaotique” du secteur de l’aide humanitaire attire les prédateurs qui cherchent à exploiter des personnes vulnérables.

Quelques semaines avant la publication du rapport, les médias ont révélé que des travailleurs humanitaires travaillant pour Save the Children avaient violé des enfants en 2008. Des enfants en Haïti, au Sud-Soudan et en Côte d’Ivoire avaient signalé avoir été abusés par des travailleurs humanitaires d’ONG.

Des déclarations ont révélé que les employés des organisations caritatives donnaient parfois aux enfants qu’ils violaient de petites sommes d’argent et payaient des mineurs pour qu’ils trouvent d’autres enfants dont ils pourraient abuser.

Le même phénomène se retrouve aussi dans le secteur humanitaire “adulte” où les cas de fourniture de travail ou de nourriture contre les avantages de nature sexuelle abondent. L’Organisation mondiale de la Santé s’est récemment trouvée dans le viseur, dans une atmosphère de scandale, avec des cadres impliqués. Plus tôt, c’était l’association Oxfam, dirigée en France par l’ancienne écolo Cécile Duflot, qui a été l’objet d’un énorme scandale de même acabit.

Source: Le Parisien

Scandale d’abus sexuels en Afrique: tout le monde tire sur l’OMS et Tedros

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici