Les employés du Vatican protestent contre les baisses de salaire. Ils disent payer pour des erreurs de gestion

Place Saint-Pierre / Photo: Fotolia
Place Saint-Pierre / Photo: Fotolia

Des employés de l’État de la Cité du Vatican ont écrit une lettre ouverte au pape François pour protester contre les récentes réductions générales de salaire. Vont-ils se syndiquer et se mettre en grève? Le socialiste argentin à la tête de ce petit pays devrait être content.

En réponse à la décision du Pape, fin mars, de combler le déficit du Vatican en réduisant les salaires des employés, la lettre demande: “Combien de temps encore devrons-nous nous sacrifier pour payer un déficit budgétaire qui ne résulte certainement pas de nos erreurs?

Apparemment, pour “sauvegarder les emplois existants” et éviter les licenciements, le Pape a réduit de 10% le salaire des cardinaux du Vatican et de 8% celui des chefs de département et des secrétaires du Vatican, “selon des critères de proportionnalité et de progressivité“, des mesures qui, selon les employés, sont truffées d’injustices.

Le blocage des embauches (avec une surcharge inévitable des employés déjà en service), la suspension des promotions et des changements de niveau fonctionnel (malgré des responsabilités de travail accrues), le non-paiement des heures supplémentaires, la récupération non payée des heures obligatoirement passées à la maison pendant la période de confinement, et maintenant la suppression des augmentations d’ancienneté bisannuelles, ne font qu’aggraver les conditions de travail des employés du Vatican. Bref, tout ce que l’Église post-concilliaire, entachée de socialisme, reproche aux “méchants patrons”.

Dans leur lettre, les employés du Vatican font appel aux principes de la doctrine sociale de l’Église, “notamment le respect de la dignité de la personne et la promotion d’une société juste“, pour demander au Pontife de reconsidérer ces mesures, surtout face aux “difficultés économiques que les familles d’aujourd’hui sont appelées à affronter à cause de la pandémie.

Le véritable problème est que le Vatican est fondé sur un système de privilèges qui sont délétères tant sur le plan économique que sur celui de la réputation“, déclare la lettre. Elle poursuit :

En continuant dans cette direction, Votre Sainteté, le système deviendra de plus en plus privatif, anti-méritocratique et désincitatif“, affirment les signataires en décrivant en fait un système étatique et socialiste qui ne marche pas et qui n’a jamais marché nulle part dans le monde.

Selon les théories les plus fondamentales de la psychologie du travail, ces stratégies non seulement ne sont pas payantes à long terme, en termes de motivation, de satisfaction personnelle et de production, mais elles produisent un effet boomerang en termes de performance.

Le conflit sur les salaires au Vatican a été exacerbé par une série de scandales financiers impliquant de hauts fonctionnaires du Vatican qui ont mal géré d’importantes sommes d’argent, générant d’immenses dommages à l’économie du Saint-Siège.

Source: Il Giornale

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici