“Menteurs, hypocrites, faux-jetons…” La guéguerre des gogols de gaugauche est lancée

Jean-Luc Mélenchon / Photo: Flickr
Jean-Luc Mélenchon / Photo: Flickr

Des menteurs, des hypocrites et des faux jetons“. Pas sûr que l’union de la gauche, prônée par les écologistes et les socialistes se remettent de la saillie signée Jean-Luc Mélenchon dimanche 9 mai.

Le grand Führer de La France Insoumise a vertement attaqué les écologistes et les socialistes, en justifiant son refus de rejoindre une union de la gauche.

Il les accuse de prôner l’union de la gauche mais de ne pas, sauf exception, inclure les Insoumis à leurs listes en vue des régionales et des départementales. “On m’a joué toutes sortes de musiques sous mon balcon pour l’unité“, a-t-il expliqué.

Il a ensuite expliqué que La France Insoumise est une pucelle blanche et immaculée en en faisant allusion à tous les gestes accomplis envers les autres tendances de la gauche. “On a fait ces efforts et ils éliminent les Insoumis des départementales et régionales. J’en ai tiré la leçon“.

Ce sont des menteurs, des hypocrites et des faux-jetons, par conséquent, nous n’avons aucune raison de tenir compte de ce qu’ils nous disent et nous devons au contraire marcher nous-même avec nos idées, nos propositions”, a-t-il ainsi aligné ses concurrents de la gauche.

Jean-Luc Mélenchon a multiplié les piques envers le PS — “les socialistes sont déterminés à continuer comme avant, la même politique” — et EELV, disant espérer notamment que la candidate insoumise Clémentine Autain “va leur mettre la fessée qu’ils méritent” aux régionales en Ile-de-France. Mais quelle langage machiste de violence! Ce n’est pas très inclusif, tout ça.

Son jugement épargne en revanche les communistes, en évoquant “les bons résultats” de leurs alliances passée, bien que la candidature à la présidentielle de leur dirigeant Fabien Roussel soit pour lui “un crève-coeur”. Le PCF s’était rangé en 2012 puis 2017 derrière la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Le député des Bouches-du-Rhône n’en estime pas moins que LFI et le PCF forment ensemble “le pôle populaire de la rupture” qu’il oppose à “la vieille gauche, les socialistes, les Verts avec leur programme obsolète“. Interrogé sur la nécessité d’une union de la gauche, évoquée par de nombreux responsables comme l’unique chance de peser sur la présidentielle de 2022, il a répondu “non, parce que ce n’est pas faisable“.

L’idée de l’union serait, selon Jean-Luc Mélenchon, “le piège dans lequel tombent tous ces jeunes gens. On leur dit: ‘si vous êtes unis, vous gagnez! Si vous n’êtes pas unis, vous avez perdu!’ Tout le monde sait qu’on ne sera pas unis, donc on proclame qu’on a perdu d’avance. Et ce n’est pas vrai. Quand on regarde les sondages, les forces ne s’additionnent pas“.

En connaissant la gauche, les socialistes et les écolos vont vouloir riposter à ces propos. Tant mieux. Plus la gauche se dispute, moins elle rassemble.

Source: BFMTV/ AFP

À un an de l’élection présidentielle, la gauche est “divisée et sans idées” avoue une figure du PS

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici