En Libye, des hommes armés prennent d’assaut un hôtel utilisé comme quartier général du Conseil présidentiel

Les mercenaires syriens sous le drapeau turc / Photo: DR
Les mercenaires syriens sous le drapeau turc / Photo: DR

Des dizaines d’hommes armés ont fait une démonstration de force dans un hôtel servant de siège au conseil présidentiel libyen, alors que les profondes divisions du pays refont surface.

Les hommes armés ont été vus tard vendredi à l’entrée de l’hôtel Corinthia, au cœur de la capitale Tripoli, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux. La presse locale les a qualifiés de “milices”.

Le porte-parole du conseil présidentiel a confirmé que des hommes armés ont pris d’assaut “l’un des sièges où se réunit le conseil”.

Il a déclaré à l’agence de presse libyenne LANA que “personne n’a été blessé” car le conseil ne travaille pas le vendredi, jour de repos hebdomadaire en Libye.

Cette démonstration de force intervient alors que la mise en œuvre de l’appel du Conseil de sécurité des Nations unies au retrait de toutes les troupes étrangères et des mercenaires ravive les divisions au sein du gouvernement d’union.

Lundi, la ministre des Affaires étrangères, Najla al-Mangoush, originaire de l’est du pays, a suscité la colère de nombreux habitants de Tripoli et de l’ouest du pays en appelant la Turquie à retirer les troupes qu’elle a déployées pendant la guerre civile.

Ces troupes sont largement reconnues dans la capitale libyenne pour avoir finalement vaincu, en juin de l’année dernière, une offensive d’un an menée par le commandant militaire de l’Est Khalifa Haftar. Ce dernier avait reçu le soutien de plusieurs pays, notamment de la Russie et des Émirats arabes unis.

L’incident de vendredi souligne les risques persistants pour le gouvernement d’unité. Le Conseil de la présidence et le gouvernement d’unité nationale ont tous deux été confrontés à des critiques internes et à des contestations de leur autorité.

Dans l’est de la Libye, Haftar et son Armée nationale libyenne (ANL) tiennent toujours le haut du pavé près d’un an après l’échec de leur offensive de 14 mois pour s’emparer de la capitale. À Tripoli, les groupes armés qui ont repoussé Haftar de la capitale avec le soutien de la Turquie contrôlent toujours les rues.

Les mercenaires étrangers restent retranchés des deux côtés de la ligne de front lourdement fortifiée, malgré les appels internationaux demandant aux belligérants de les retirer du pays.

Un gouvernement d’unité provisoire a finalement vu le jour en mars, remplaçant les administrations rivales de l’est et de l’ouest, et vise à mener la Libye aux élections.

Source: AP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici