Kim Kardashian dans le viseur du FBI à cause de la contrebande du patrimoine antique pour décorer sa villa

Kim Kardashian / Photo: Wikimedia Commons
Kim Kardashian / Photo: Wikimedia Commons

Les autorités américaines ont ordonné le retour en Italie de la découverte archéologique saisie en 2016 à Los Angelas, établissant qu’elle était destinée à la villa Kim Kardashian. Mais la vedette des réseaux sociaux nie en bloc d’être au courant qu’une sculpture romaine antique ait été importée sous son nom.

La sculpture, connue sous le nom de “Fragment d’Atena de Myron”, de valeur de 750 000 dollars, faisait partie d’une cargaison de cinq tonnes, saisie en 2016 par les douaniers, “pillée, passée en contrebande et exportée illégalement d’Italie“.

La sculpture date du Ier siècle. L’expert archéologue italien qui l’a examiné, la décrit comme “de style classique, elle représente une copie d’une sculpture grecque originale“.

L”oeuvre d’art a été importé à Los Angeles en 2016 pour le compte de Kim Kardashian par un marchand d’art belge engagé pour décorer son manoir près de Los Angeles.

Un porte-parole de la star a déclaré: “Kim n’a jamais acheté cette pièce et c’est la première fois qu’elle apprend son existence. Nous pensons qu’elle a pu être achetée en utilisant son nom sans autorisation et comme elle n’a jamais été reçue, elle n’était pas au courant de la transaction. Nous encourageons l’ouverture d’une enquête et espérons que la statue sera rendue à ses propriétaires légitimes“.

Lorsque les douaniers ont interrogé le Noel Roberts Trust, le nom collectif du trust de Freeman Group et de Kim Kardashian, ils ont produit un reçu pour une statue achetée à Paris en 2012. Cependant, les fonctionnaires ne pensent pas que cette statue soit celle qui a été achetée.

Les documents du tribunal disent: “La facture de novembre 2012 de la Galerie Chenel ne semblait pas correspondre à la statue en question car le terme ‘une grande statue drapée’ ferait référence à une statue entière ou entièrement drapée de taille naturelle tandis qu’un ‘fragment d’Athéna de Myron de Samos’ ferait référence à seulement une partie d’une statue, telle la statue en question. En outre, la facture que Masterpiece International a fournie au CBP contenait des annotations manuscrites indiquant que la statue en question provenait d’Italie.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici