Des hommes armés afghans tuent sept soldats pakistanais à la frontière

Soldat pakistanais à la frontière / Photo: DR
Soldat pakistanais à la frontière / Photo: DR

Mercredi, un groupe de combattants afghans a tiré de l’autre côté de la frontière sur des troupes dans le sud-ouest du Pakistan, tuant au moins quatre soldats avant de s’enfuir, a déclaré l’armée. Trois autres soldats ont été tués lors d’un échange de coups de feu avec des combattants dans le nord-ouest du pays.

L’attaque a eu lieu alors qu’une unité pakistanaise surveillait des installations de clôture près de la ville de Zhob, dans la province du Baloutchistan, a indiqué l’armée dans un communiqué. Les troupes ont riposté. Six soldats ont également été blessés et transportés dans un hôpital de Quetta.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque et l’armée n’a fourni aucun autre détail.

Le ministère pakistanais des affaires étrangères a condamné l’attaque, affirmant qu’elle impliquait 20 combattants. Le communiqué indique que de telles attaques nuisent aux efforts de paix et de stabilité en cours le long de la frontière pakistano-afghane. Il ajoute qu’Islamabad a demandé à Kaboul, par voie diplomatique, de prendre des mesures pour éviter de telles attaques à l’avenir.

La fusillade dans le nord-ouest du pays s’est produite alors que les forces de sécurité pakistanaises effectuaient un raid sur une cachette de combattants dans un ancien bastion d’insurgés. Trois soldats et deux insurgés ont été tués, selon l’armée.

Le raid a eu lieu au Nord-Waziristan, un district de la province de Khyber Pakhtunkhwa. Le district avait servi de quartier général aux talibans pakistanais jusqu’à ce que l’armée le sécurise en 2015 par une série d’opérations. Dernièrement, les insurgés s’y sont regroupés.

Le Pakistan a commencé à installer une clôture le long de la frontière afghane en 2017 afin de contenir les mouvements des combattants et de freiner la contrebande et le franchissement illégal de la frontière. Le Pakistan affirme avoir achevé environ 85% de la clôture le long de la frontière de 2611 kilomètres avec l’Afghanistan, connue sous le nom de ligne Durand.

Kaboul n’a jamais reconnu cette frontière, qui traverse le cœur des Pachtounes et dilue le pouvoir du plus grand groupe ethnique d’Afghanistan des deux côtés. Les deux parties s’accusent souvent mutuellement de permettre tacitement aux combattants d’opérer le long de cette frontière poreuse.

Source: AP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici