Dans les Yvelines, les policiers victimes de trois attaques ultraviolentes dans la même soirée à Guyancourt

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Dans la nuit de dimanche à lundi, les policiers ont été la cible de trois violentes attaques sur la commune de Guyancourt, dans les Yvelines. Les agents ont été victimes de nombreux tirs de mortiers d’artifice et des “jeunes” n’ont pas hésité à percuter volontairement un véhicule de service avec une auto!

La nuit du dimanche 2 au lundi 3 mai a été chaude pour les policiers de Guyancourt, dans les Yvelines. Ceux-ci ont en effet été violemment attaqués par trois fois en quelques heures dans des quartiers sensibles de cette commune proche de Versailles.

Tout a commencé vers 22h50, dans le quartier à forte population immigrée du Pont-du-Routoir, où une patrouille de fonctionnaires a été prise a partie par une vingtaine de racailles qui l’ont bombardée de fusées de mortiers d’artifice.

Assaillis par les nombreuses explosions de ces engins pyrotechniques, les policiers ont répliqué avec des tirs de grenades lacrymogènes avant de reculer sous la pression et d’abandonner la rue aux émeutiers.

Quelques minutes plus tard, à quelques centaines de mètres des lieux du premier affrontement, les policiers ont été rappelés pour un feu de container-poubelle. C’était bien évidemment un guet-apens et les agents ont de nouveau été la cible d’une violente attaque.

Alors que des renforts étaient arrivés sur zone et étaient à leur tour pris sous un déluge de tirs de mortier, une voiture sérigraphiée avec des policiers à bord a été violemment et intentionnellement percutée par une Renault Clio transportant trois “jeunes”.

Ce véhicule a ensuite été intercepté par des fonctionnaires de la BAC et les trois individus, âgés de 18 ans et bien connus des services de police, ont été interpellés. L’affrontement a duré de longues minutes avant la dispersions des assaillants.

Mais la nuit n’en était pas finie pour autant pour les forces de l’ordre qui ont ensuite été attaquées, vers 1h du matin, boulevard Jean-Jaurès, après y avoir été attirées par un nouveau feu de poubelle. Les policiers ont été bombardés de tirs de mortiers d’artifice.

Les fonctionnaires ont dû riposter avec tout leur armement non létal pour repousser l’assaut de leurs agresseurs qui ont fini par se disperser. Aucun d’entre eux n’a pu être interpellé. Par miracle, aucun agent n’a été blessé dans ces attaques pourtant ultra-violentes.

Il est à noter que, la même nuit, des agressions similaires contre les forces de l’ordre ont eu lieu sur les communes de Trappes et Carrières-sur-Seine. On ignore les suites judiciaires envisagées dans ces affaires par le parquet de Versailles.

Sources : 78 Actu/ Actu 17

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici