Burkina Faso, Nigeria… De plus en plus osés, les djihadistes massacrent des dizaines de victimes

Armée burkinabée / Photo: Twitter
Armée burkinabée / Photo: Twitter

Au moins 30 personnes ont été tuées par des djihadistes armés dans l’est du Burkina Faso lundi, selon le gouvernement.

L’attaque s’est produite dans le village de Kodyel, dans la province de Komandjari, près de la frontière avec le Niger.

Les djihadistes ont encerclé le village et sont passés d’une maison à l’autre en y mettant le feu et en tuant des gens.

L’attaque intervient exactement une semaine après que deux journalistes espagnols et un écologiste irlandais ont été tués et qu’un soldat burkinabé a été porté disparu lorsque leur patrouille anti-braconnage est tombée dans une embuscade tendue par des djihadistes dans la même région.

Le même jour de la semaine dernière, 18 personnes ont été tuées dans le village de Yattakou, dans la région sahélienne du pays. Une centaine de miliciens islamiques étaient entrés dans la ville sur des motos, des quads et des camionnettes en tuant des villageois.

L’armée burkinabé, mal équipée, a du mal à contenir la progression des djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique, qui ont fait des milliers de victimes et en ont fait fuir plus d’un million. L’année dernière, le gouvernement a fait appel à des volontaires pour aider l’armée, mais ces derniers ont subi les représailles des extrémistes qui les prennent pour cible, ainsi que les villages qu’ils aident.

Ce lundi, les djihadistes ont tué des civils parce que le village avait fourni des combattants au programme de volontaires.

En même temps, dans le nord-est du Nigeria, plus d’une dizaine de personnes, dont sept soldats, ont été tuées par des miliciens islamistes lors d’une attaque.

Les assaillants sont arrivés dimanche matin à bord de motos dans la communauté Ajiri, dans la province de Borno, où ils ont tué un officier de l’armée et six soldats, ont déclaré les sources militaires. Ils ont aussi tué six civils, incendié des habitations et emporté des objets de valeur.

Dans un communiqué, l’armée nigériane a indiqué que ses soldats avaient repoussé l’attaque mais que les insurgés ont abattu certains habitants et deux membres du personnel militaire.

Les attaques de ce type se sont multipliées dans la région ces derniers mois, avec des dizaines de soldats tués et des milliers de personnes déplacées.

Source: AP/ Reuters

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici