Nouvelles révélations sur l’usine à trolls de Poutine: la propagande, ça coûte cher!

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

D’après les révélations du mouvement anti-corruption de l’opposant Alexeï Navalny, la chaîne de télévision Russia Today verserait des salaires importants à des youtubeurs, des blogueurs ou des leaders d’opinion sur Internet afin qu’ils relaient la parole et la doctrine du Kremlin. Carole Grimaud-Potter, spécialiste de la Russie post-soviétique, livre son éclairage à Atlantico.

Lors d’une visite à Moscou en 2016, j’avais visité les locaux de RT et rencontré un responsable de la rédaction. Je lui avais posé la question de la formation des journalistes de RT. Il m’avait répondu que les gens qui y travaillaient n’étaient pas tous journalistes.

La plupart ne l’étaient pas parce qu’on leur demandait autre chose que du journalisme. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils emploient beaucoup de jeunes, souvent entre 20 et 25 ans, à qui on demande une grande réactivité et une forte présence sur les réseaux sociaux.

C’est en effet un moyen d’attirer et de fidéliser des militants. Quand vous êtes rémunéré 6000 euros par mois à Moscou, il n’y a pas de raison d’aller voir ailleurs. Quand on vit avec ce train de vie, c’est difficile de s’en détacher et de reprendre son indépendance. 

Ce n’est pas nouveau en soi. Les « trolls » de l’usine à trolls de Saint-Pétersbourg, qui diffament les opposants de Poutine, aussi bien en Russie qu’à l’international, sont également grassement payés. Il y a une interview qui est passée sur Dojd, une chaîne de télévision russe indépendante, d’un ancien troll de la Saint Petersburg Factory.

Il racontait que ceux qui y travaillent sont des jeunes, pas forcément très qualifiés mais très bien payés. Comme il le disait lui-même, ce sont simplement des jeunes gens qui ont besoin de payer leurs factures. le jeune troll doit commenter les informations politiques sur différents blogs ou sites internet. Il y a aussi une vingtaine de faux comptes (américains notamment) pour diffuser du contenu favorable à Donald Trump.”

Rappelons qu’un professeur en Russie est payé 1500 euros par mois en début de carrière.

Source : Atlantico

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici