Génération Identitaire contre-attaque et conteste sa dissolution devant le Conseil d’État

Image d'illustration/Facebook
Image d'illustration/Facebook

Hier, le mouvement de jeunesse patriote Génération identitaire a contesté sa dissolution, décrétée le mois dernier par le gouvernement à l’initiative de Gérald Darmanin, devant la plus haute juridiction française, le Conseil d’État. 

La dissolution de Génération identitaire avait été interprétée comme une “compensation” à celles des trois associations islamistes CCIF, BarakaCity et le collectif Cheikh Yassine et celle du groupe ultranationaliste turc des “Loups gris”, après l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020.

Dans le décret portant dissolution, le gouvernement accusait Génération identitaire d’une “volonté d’agir en tant que milice privée” ainsi que d’une “incitation à la discrimination, à la haine et à la violence“.

L’association a donc déposé hier un recours auprès du Conseil d’État, pour “excès de pouvoir“, et un référé-suspension, une procédure d’urgence ayant pour but de suspendre la dissolution de l’association, le temps que le Conseil d’État statue sur le fond.

Selon Me Robillot, l’un de ses avocats, Génération identitaire ne fait qu’adopter “une position ferme et dure, qui consiste à écarter les considérations humanitaires pour faire prévaloir la sécurité des gens qui sont sur le territoire français“.

Le lien entre immigration et terrorisme, et plus globalement l’insécurité, est quelque chose qui fait partie du débat public et politique“, a-t-il plaidé, citant diverses personnalités politiques ayant exprimé sur le sujet des positions comparables, telles que Christian Jacob, Bruno Le Maire et même… Emmanuel Macron.

Je ne pense pas que c’est une association qui met de l’huile sur le feu, mais au contraire une soupape de décompression“, a ajouté son confrère Pierre-Vincent Lambert.

Essentialiser ces personnes uniquement sur leurs origines, c’est stigmatiser cette origine et en faire une des causes de l’insécurité. Cet amalgame sans nuance est de notre point de vue très dangereux, d’autant plus aujourd’hui avec la fracture de la société sur ces questions-là“, a au contraire prétendu la représentante du ministère de l’Intérieur, Pascale Léglise.

Affaire à suivre: ces derniers temps, le Conseil d’État a souvent entériné des décisions bien contestables de l’actuelle majorité, mais le dossier présenté par Gérald Darmanin était tellement mince et si manifestement destiné à donner des gages aux gauchistes pro-immigration et à l’électorat musulman qu’il pourrait être obligé de se prononcer contre la dissolution…

Source: Le Point

Génération Identitaire tuée! Un crime de Darmanin, signé Macron

 

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici