A Marseille, un multirécidiviste africain torture, brûle et jette son chien encore vivant dans une poubelle

Chien-Iboo/SPA/DR
Chien Iboo/SPA/DR

Hier soir, le tribunal correctionnel de Marseille a condamné Samba Traoré, un multirécidiviste de 40 ans, pour avoir, en février dernier, fait subir les pires sévices à son chien Iboo, un ratier de 3 mois. L’animal avait été retrouvé vivant dans une poubelle avec un œil crevé et brulé sur 80% du corps.

Jeudi 29 avril, Samba Traoré, un homme de 40 ans d’origine africaine (probablement du Mali), était jugé par le tribunal correctionnel de Marseille pour les graves sévices exercés sur son chien Iboo, en février dernier, dans le Ve arrondissement de la cité phocéenne.

Le 19 février dernier, la SPA de Marseille, avisée par une dénonciation, avait tenté de récupérer un chien ratier de 3 mois, apparemment torturé par son propriétaire, Samba Traoré, dans son appartement du quartier des Camas.

L’homme avait refusé d’ouvrir sa porte et avait fait mine d’être absent. Bien qu’accompagnés par des policiers, les bénévoles de la SPA n’avait pu se faire ouvrir le domicile, le parquet ayant refusé d’en donner l’ordre.

Le lendemain, le chien Iboo, un ratier de 3 mois, était découvert, grâce à ses aboiements de douleur, par des passants dans un container-poubelle du quartier. L’animal était brulé au 3eme degré sur 80 % du corps et avait un œil crevé.

Recueilli par la SPA marseillaise et confié à un vétérinaire, le chiot avait pu être sauvé mais avait perdu son œil. Il conservera de lourds séquelles des sévices exercés par son maitre. Une cagnotte sur internet avait même été lancée pour payer ses importants frais de santé.

Recherché, le propriétaire avait été interpellé deux jours plus tard, le 22 février. Après avoir tenté de dissimuler son identité, celui-ci avait essayé de se faire passer pour fou et, lors d’une expertise psychiatrique, avait réussi à prendre la fuite!

Il avait été retrouvé quelques temps plus tard dans un squat de la ville, fréquenté par des africains, où il se cachait. Il avait modifié son apparence physique, notamment en se rasant la tête. L’homme avait été placé en garde à vue.

L’individu de 40 ans n’était pas un inconnu pour la justice, en effet il avait déjà été condamné pour viol en réunion, vols, escroqueries et détournement d’identité! L’homme avait refusé que l’on prélève son ADN au cours de sa garde à vue.

Déféré au parquet de Marseille, le multirécidiviste avait été mis en examen pour actes de cruauté envers un animal et avait été placé en détention provisoire en vue d’un jugement prévu le 29 avril.

Le prévenu était donc jugé hier par le tribunal correctionnel de Marseille. Il a été condamné à 10 mois de prison ferme et six avec sursis ainsi qu’à l’interdiction définitive de posséder un animal. Iboo lui a bien évidement été officiellement confisqué.

Source: La Provence/ France 3 Provence Alpes Côte-d’Azur

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici