“On a tué des Blancs!” Des djihadistes au Burkina Faso assassinent deux Espagnols et un Irlandais

Au Burkina Faso, des milices terroristes djihadistes ont assassiné deux reporters espagnols et un militant irlandais des droits des animaux. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans a revendiqué la responsabilité de ce crime.

La nouvelle de la mort de deux journalistes au Burkina Faso a été accueillie avec une grande consternation en Espagne. Les portraits de David Beriáin et Roberto Fraile étaient à la une des principaux journaux du pays mercredi.

Une minute de silence a été observée mercredi à midi en mémoire des deux reporters assassinés ainsi que d’un écologiste irlandais. Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez avait lui-même confirmé plus tôt “la pire des nouvelles” et exprimé ses condoléances aux proches. Il a fait l’éloge de ces journalistes courageux qui ont régulièrement fait des reportages dans des zones de crise.

Né en 1977, David Beriáin était un grand reporter international de télévision expérimenté. Il avait fait des reportages sur la guerre en Irak et sur les camps de la guérilla des Farc en Colombie. Roberto Fraile, un cameraman et photographe de 47 ans, a survécu à une attaque à la grenade en Syrie. Depuis 1980, douze journalistes espagnols sont morts dans des régions en conflit.

Tosu les deux, ils travaillaient sur un documentaire sur la protection des parcs nationaux contre les braconniers dans le sud-est du pays d’Afrique de l’Ouest, où ils tournaient depuis une semaine. Les journalistes étaient accompagnés de quarante soldats et gardes-chasse lorsqu’ils ont été attaqués par les islamistes.

Des hommes armés avaient approché leur convoi à bord de plusieurs véhicules, sur la route entre Fada N’Gourma et Pama, dans le parc national d’Arly. Selon les médias locaux, ils ont enlevé les trois étrangers et un membre des forces de sécurité. Un quatrième Européen de nationalité suisse a pu s’échapper de l’embuscade. Plus tard, les trois prisonniers ont été littéralement exécutés.

Selon le journal Irish Times, l’Irlandais qui a été tué était cofondateur et président de l’organisation anti-braconnage Chengeta. Un Burkinabé est toujours porté disparu. Un porte-parole du gouvernement a accusé de ce crime des terroristes djihadistes.

Dans un message audio, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, une coallitions de groupes djihadistes dirigée par Iyad Ag Ghali et liée à Al-Qaïda, a revendiqué l’attentat en affirmant avoir tué des Blancs et saisi du matériel.

Depuis le début de la semaine, plus de cinquante personnes ont été tuées dans des attaques de groupes armés dans l’ancienne colonie française, selon les médias.

Source: El País/ Irish Times

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici