Attaque contre un évêque catholique au Soudan du Sud: deux assaillant lui tirent dans les jambes

Mgr Christian Carlassare / Photo: DR
Mgr Christian Carlassare / Photo: DR

Deux hommes armés ont fait irruption au domicile de l’évêque catholique romain Mgr Christian Carlassare à Rumbek, au Soudan du Sud, tôt lundi, lui tirant deux balles dans les jambes. La victime a été transportée à Nairobi pour y être soigné.

L’attaque a eu lieu entre minuit et 2h00 du matin et on pense qu’il s’agissait d’un avertissement pour le prélat.

Mgr Christian Carlassare, un prêtre combonien, né en 1977 en Italie, nommé évêque de Rumbek par le pape François le 8 mars 2021, devrait recevoir le sacre épiscopal le 23 mai. Au moment de son élection, il était le plus jeune évêque catholique.

Avant d’occuper son poste actuel, Mgr Carlassare a été missionnaire au Sd Sudan et a passé quinze ans à travailler avec les membres de l’ethnie Nuer, le deuxième groupe ethnique du pays.

Cependant, le diocèse de Rumbek, que Mgr Carlassare dirige désormais, est à majorité Dinka, le plus grand groupe ethnique du pays, et ses collègues missionnaires ont émis l’hypothèse que c’est peut-être son association avec une tribu rivale qui a valu à l’évêque l’inimitié de ses assaillants.

La police locale a agi rapidement lundi matin, arrêtant 24 personnes en rapport avec l’agression.

La police et les autres forces de sécurité ont arrêté plusieurs personnes et d’autres arrestations auront lieu car nous devons savoir exactement ce qui s’est passé dans l’église catholique du diocèse de Rumbek“, a déclaré le ministre de l’Information William Kocji Kerjok tout en condamnant “l’attaque ciblée” contre l’évêque.

Ce n’est pas la première fois que les chefs d’Eglise sont pris pour cible“, a-t-il dit, rappelant qu'”il y a deux ans, l’un des pasteurs a été tué dans le comté de Cuei-bet et cette fois, ils ont lancé une attaque contre le nouvel évêque.

Selon le ministre, les hommes armés ont frappé à l’entrée de la maison de l’évêque et ont commencé à tirer sur la porte jusqu’à ce qu’elle s’ouvre. Ils ont appréhendé Mgr Carlassare, lui ont ordonné de s’asseoir et lui ont tiré deux balles dans les jambes.

Lé prélat est hors de danger, mais a perdu une quantité considérable de sang et aura besoin d’une transfusion.

Mgr Carlassare a téléphoné au supérieur de son ordre religieux, les missionnaires comboniens en Italie, pour leur demander de prier. Il a déclaré : “Priez non pas tant pour moi que pour les habitants de Rumbek qui souffrent plus que moi.”

Source: AP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici