Suspense! La question qui va décider de la réélection de Macron

Macron
Le gauchiste qui mime la droite.

FL24, qui ne se trompe que très, très rarement dans ses prévisions, vous l’annonce: une question, une seule, va décider de la réélection ou de la défaite d’Emmanuel Macron.

Cette question, la voilà. Parviendra-t-il à se faire passer pour un homme de droite, un pur et dur, opposé à la violence, à l’immigration sauvage et à l’islamisation du pays, alors qu’il est un bobo progressiste et lâche?

Car là est désormais l’axe central de sa stratégie de campagne, et il va passer les douze mois qui nous séparent du scrutin à la déployer.

S’il y parvient, il détruira le vote LR et rongera le vote RN. Il sera alors en position très confortable pour se succéder à lui-même.

S’il échoue, il sera vu comme un homme de gauche et il sera balayé par les électeurs, peut-être même dès le premier tour, car la gauche est déjà morte et enterrée.

Bien entendu, ce repositionnement à droite toute est une énorme arnaque, et la ficelle se voit à des kilomètres. Mais, en politique, un mensonge répété pendant 365 jours par l’ensemble de l’État et des médias à sa botte peuvent suffire à effacer la vérité. C’est le pari de Macron.

Hypnotisera-t-il plus de la moitié des électeurs français? Saura-t-il se déguiser efficacement en patriote défenseur de la civilisation, de la loi et de la discipline? Musclera-t-il suffisamment son jeu pour avoir l’air d’un homme, un vrai, et non d’un dandy maniéré et trouillard? Rien n’est moins sûr, mais ce n’est pas complètement impossible.

Alors, pendant la campagne présidentielle qui commence, répétons-le inlassablement: ce type est un vulgaire gauchiste de salon et il sera toujours un vulgaire gauchiste de salon, quels que soient les masques dont il s’affublera.

Faisons le serment que nous ne le croirons jamais, quand il nous dira: “J’ai changé.” Il va nous le dire tous les jours.

2 Commentaires

  1. L’affaire est déjà entendu, se présentera-t-il ? Et s’il se présente il lui faudra passer le cap du premier tour ce qui n’est déjà pas certain. Mais à la fin il échouera car l’Histoire veut que les électeurs ne reconduisent jamais dans l’élection qui suit un grand traumatisme celui qui était à la barre à ce moment. Clémenceau qui gagna la Grande guerre fut balayé après elle, de même que Churchill au Royaume Uni en 1945 et de Gaulle en France début 1946. Ces 3 héros avaient pour eux le malheur aux yeux des électeurs de leur rappeler les libertés restreintes, les malheurs et les douleurs vécus pendant ces guerres. Il n’en sera pas autrement après cette crise du covid que Macron éleva au rang de “guerre”. Notons que si des héros furent battus, lui qui a mené sa guerre comme un jeanfoutre face à la maladie et un apprenti dictateur face à sa population ne pourra qu’être balayé par le prochain scrutin présidentiel.

  2. Il ne fait plus illusion. C’est un baratineur de grande classe capable de dire du mal de son propre pays à l’étranger plutôt que de se taire. Son grand débat pour faire diversion, les bras cassés qu’il a choisis et qui l’ont entouré en disent long. “La médiocrité d’en haut provoque aussitôt celle d’en-bas” disait de Gaulle
    Entièrement soumis à l’Europe de Bruxelles et au monde de la finance, il ne dirige rien, au contraire, il cherche les bons points

    Quelques exemples de bras cassés : Benalla, Castaner, Buzyn, Delevoye, NDiaye, Griveaux, Ferrand, Pénicaud,

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici