Sept ecclésiastiques dont deux français enlevés par un gang ultraviolent en Haïti

Les 400 Mawozo / Photo: Capture d'écran YouTube
Les 400 Mawozo / Photo: Capture d'écran YouTube

Cinq prêtres et deux religieuses ont été enlevés en Haïti dimanche, selon l’Eglise catholique de ce pays des Caraïbes de plus en plus déchirée par les enlèvements et les crimes violents. Deux citoyens français figurent parmi les otages, confirme le Quai d’Orsay.

Les membres du clergé ont été enlevés dans la commune de Croix-des-Bouquets, au nord-est de la capitale Port-au-Prince, a affirmé le père Gilbert Peltrop, un représentant de la conférence haïtienne des évêques. “Le pays doit se lever pour combattre ces voyous“, a-t-il déclaré. “L’Église prie et se fait solidaire de toutes les victimes de cet acte crapuleux.

Parmi les otages figurent citoyens français, un prêtre et une religieuse, a-t-il précisé. L’information a été confirmé ce lundi par le ministère français des Affaires étrangères.

“Nous confirmons l’enlèvement de deux ressortissants français en Haïti”, a dit dans un communiqué le Quai d’Orsay qui dit être “pleinement mobilisé, en relation étroite avec les autorités locales”.

Le Quai d’Orsay n’a pas donné plus de détails, invoquant des raisons de sécurité. La presse affirme qu’il s’agit d’une religieuse originaire de Mayenne et de l’abbé Michel Brillant, un prêtre originaire de l’Ille-et-Vilaine.

Le centre de crise et de soutien du ministère des Affaires étrangères est pleinement mobilisé ainsi que notre ambassade en Haïti, en contact étroit avec les autorités locales“, indique le communiqué.

Il ne s’agit pas d’un événement isolé. En effet, le vendredi 8 janvier 2021 dans la soirée, une petite soeur de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus a été enlevée en la résidence des Soeurs dans la commune de Carrefour. Au début du mois, des hommes armés ont également enlevé un pasteur haïtien et trois autres personnes lors d’une cérémonie diffusée en direct sur Facebook.

L’enlèvement des sept membres du clergé catholique a été perpétré par le célèbre gang des 400 Mawozo, selon l’agence de presse haïtienne Juno7. “Les ravisseurs ont exigé une rançon d’un million de dollars“, a précisé le média.

La police haïtienne a pensé frapper un grand coup contre le gang, en arrêtant en décembre 2020 une quinzaine individus au cours de l’opération menée dans le fief de ce groupe armé qui opère notamment à Croix-des-Bouquets. Mais aucun des trois principaux chefs du gang 400 Maworo n’a pu être interpellé, ce qui fait qu’il demeure opérationnel, comme en témoignent les enlèvement.

Haïti a été secoué par une montée de la violence ces dernières années, notamment par une vague d’enlèvements contre rançon qui paralyse l’économie et la société haïtienne. Le pays est en proie à l’instabilité croissante que les gouvernement successifs n’arrivent pas à endiguer malgré des subventions versés par les pays occidentaux par milliards.

Source: Juno7/ haiti24.net/ Reuters

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici