Le maire d’Albertville obligé d’autoriser la construction d’une école islamiste turque

Une madrassa, école coranique, en Inde. Le mouvement taliban est le fruit de ces institutions où l'on fabrique à la chaîne des analphabètes qui ne savent lire que le Coran/DR
Une madrassa, école coranique, en Inde. Le mouvement taliban est le fruit de ces institutions où l'on fabrique à la chaîne des analphabètes qui ne savent lire que le Coran/DR

Ce mercredi 7 avril, le tribunal administratif de Grenoble a condamné le maire d’Albertville, en Savoie, à signer un arrêté accordant le permis de construire d’une école privée portée par… l’association Confédération islamique Millî Görüs.

Oui, cette même association qui, actuellement, construit la mosquée très controversée de Strasbourg! Oui, l’une des trois organisations ayant refusé de signer la charte des principes pour l’islam de France!

Le maire d’Albertville, Frédéric Burnier-Framboret, a été mis en demeure par le tribunal administratif d’autoriser la construction d’une école de la Confédération islamique Millî Görüs, bras armé de l’État turc.

Et comme il le déplore, il n’a pas les moyens juridiques de s’y opposer! “Les élus locaux en première ligne et au plus près des réalités sont démunis en pareille situation”, déplore ce maire “divers droite“.

Il a en effet déposé un recours administratif contre le projet, mais le tribunal administratif vient de le mettre en demeure d’accorder ce permis de construire à l’association!

Le groupe scolaire, “privé, hors contrat” donc à 100% sous contrôle des islamistes, comprendrait 16 classes, un réfectoire, une cuisine et un gymnase. La capacité de l’établissement s’élèverait à 400 élèves au total, ce qui représenterait un quart des 1200 écoliers de la commune.

Cette nouvelle école, de par son ampleur, aurait des conséquences immédiates dramatiques: la fermeture de plusieurs classes, voire à terme d’une école publique, ainsi que la polarisation de tout un quartier autour d’une forme d’islam particulièrement rigoriste et prosélyte.

La construction d’une telle école au cœur d’Albertville agirait donc en faveur de la “partition territoriale” souhaitée par l’association. Le maire a rencontré par deux fois Fatih Sarikir, président de la branche française de Millî Görüs , qui lui a promis que l’école “serait toujours ouverte pour les services de la ville et les habitants“…

Pourtant, le projet de Millî Görüs a le mérite de la franchise: “La crainte clairement exprimée de ses dirigeants est l’assimilation de la jeunesse turque aux valeurs républicaines de la France“. Ils ne s’en cachent même plus!

Le maire s’en remet désormais à l’Assemblée nationale: “Il est urgent que le Parlement adopte des dispositions législatives adaptées pour permettre aux maires de contrer l’installation d’associations ou d’entreprises pilotées par des puissances étrangères qui favorisent une cristallisation identitaire au cœur de nos territoires“, a-t-il conclu.

Sources : Le Figaro, Valeurs Actuelles

 

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici