Accueil Décryptage Le New York Times fait l’éloge des racialistes anti-Blancs de l’UNEF

Le New York Times fait l’éloge des racialistes anti-Blancs de l’UNEF

Maryam Pougetoux, la représentante islamiste de l'Unef/DR
Maryam Pougetoux, la représentante islamiste de l'Unef/DR

Un correspondant de l’hebdomadaire Marianne vient d’attirer l’attention sur un récent article du New York Times, devenu l’organe central de la bien-pensance américaine, à propos du “syndicat étudiant” UNEF.

Alors qu’en France le débat continue sur l’opportunité de dissoudre ce groupuscule d’extrême gauche aux effectifs et à l’audience dérisoires, les donneurs de leçons américains ont décidé de chanter ses louanges.

On comprend le problème à la seule lecture du titre de l’article: “L’UNEF, un syndicat qui se place à l’avant-garde des mutations françaises”… Au nom de soi-disant “changements en cours”, qui seraient forcément positifs, il faudrait applaudir, sous l’alibi du “racialisme“, le racisme d’un syndicat qui se prétend porteur d’une “mission d’émancipation“.

Le NYT soutient en effet que “L’évolution du syndicat reflète les changements considérables qui s’opèrent au sein de la jeunesse française, qui a des attitudes bien plus décontractées sur le genre, la race, l’orientation sexuelle et même… la religion et le strict principe de laïcité qui prévaut en France”.

Nier les différences biologiques entre les hommes et les femmes, prétendre qu’elles ne seraient que des constructions sociales, réintroduire la race à la place de l’égalité en droit des citoyens, renvoyer la laïcité dans les poubelles de l’histoire mérite donc à leurs yeux des applaudissements…

Le quotidien soutient d’ailleurs que l’UNEF est au centre de l’actualité parce qu’elle est la cible “d’attaques… qui se concentrent sur un point sensible, dans une France qui a des difficultés à s’adapter aux changements en cours: sa pratique consistant à restreindre certaines réunions aux minorités raciales pour débattre de discriminations”. Leurs fameuses réunions “en non-mixité raciale“…

Par solidarité victimaire, peut-être? Chaque fois que le NYT évoque un dirigeant de l’UNEF, il prend soin de détailler son ethnie d’origine, sa couleur de peau et sa religion, ce qui semble indispensable aux journalistes pour porter une appréciation sur les faits et gestes des gens liés au syndicat étudiant.

Le NYT va jusqu’à encenser la campagne de l’UNEF visant à censurer la représentation d’une pièce de théâtre d’Eschyle à la Sorbonne, sous prétexte de “blackface”

C’est le moment de se souvenir que, après la décapitation de Samuel Paty par un islamiste, le NYT avait titré: “La police française tire et tue un homme après une attaque mortelle au couteau dans la rue”…

Et que ce même journal a largement sous-entendu que les victimes de l’attentat de Charlie Hebdol’avaient bien cherché”, et lâchement banni les caricatures de ses colonnes de peur de choquer des croyants irascibles…

Ils en sont maintenant à encenser un syndicat étudiant sans adhérents ni audience sous prétexte qu’il professe les “opinions” de la doxa gauchiste du moment… comme le dit Marianne en préambule, un article “digne de la Pravda“!

Sources : New York Times, Marianne

 

 

 

 

2 Commentaires

  1. Le Times n’est qu’un journal de propagande Communiste, il n’est plus depuis un moment la référence qu’il était avant ; même y mettre du poisson serait irrespectueux pour l’animal.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici