Contre l’islamisation? Le Sénat vote l’interdiction des prières dans l’enceinte des universités

Le Sénat français / Photo: Sénat
Le Sénat français / Photo: Sénat

Alors que la Chambre des députés est très majoritairement acquise à la Macronie et vote à peu près n’importe quoi du moment que c’est issu de cette clique, le Sénat est beaucoup plus “à droite” et vient de le montrer lors des débats sur le projet de loi contre les “séparatismes“.

Au sixième jour d’examen du “projet de loi sur le respect des principes de la République”, l’hémicycle du Palais du Luxembourg a fait adopter plusieurs nouveaux articles au sein du texte contre les séparatismes, dans le but de renforcer la neutralité à l’université.

De nombreux articles sont venus ainsi se greffer entre l’article 24 et le 25 du projet de loi, en lutte contre la couardise et le laxisme du gouvernement Castex.

Exemple? Le Sénat a adopté une nouvelle disposition interdisant l’exercice du culte dans l’enceinte d’une université. Pas seulement dans les salles de cours ou les amphithéâtres, mais également dans les couloirs ou les sanitaires.

Le rapporteur LR Stéphane Piednoir a su se montrer ferme: “Nous devons refuser la pratique des prières dans les couloirs des universités. L’exercice du culte dans un lieu inapproprié ne me semble pas acceptable dans notre République”, a-t-il insisté.

Il a également fait adopter un amendement excluant du champ de l’article les locaux mis à disposition des aumôneries, mais aussi les établissements de l’enseignement supérieur d’Alsace-Moselle, où la loi est différente.

Un autre article introduit en commission a provoqué des débats tendus entre gauche et droite: après plusieurs cas d’annulation de conférences ou de colloques ces derniers mois à la suite de pressions, la droite sénatoriale a ajouté un article interdisant les comportements et actions de prosélytisme ou de propagande.

Et même, plus généralement, tous ceux de nature à “perturber” les activités d’enseignement et de recherche, la tenue de conférences ou de débats autorisés par le président d’université, ou de “troubler le bon fonctionnement du service public“.

L’article obligeant une association souhaitant bénéficier de locaux dans une université à signer le “Contrat d’Engagement Républicain” a également été maintenu dans le texte, et une nouvelle disposition a été ajoutée en séance, après l’adoption d’un amendement du LR Max Brisson: l’interdiction de listes communautaristes au sein des établissements universitaires.

“Depuis plusieurs années, on assiste au développement de revendications communautaristes, le plus souvent à caractère religieux, au sein de certaines listes électorales candidates aux élections pour la représentation des étudiants“, a justifié le sénateur.

En revanche, l’amendement proposé par Jerôme Bascher et cosigné par plus d’une trentaine de ses collègues LR, visant à interdire le port de signes ou de tenues ostentatoires manifestant une appartenance religieuse dans les établissements de l’enseignement supérieur, n’a pas reçu le soutien de la commission de la culture et de l’éducation.

Sous quel prétexte? la commission a pointé “l’absence de demande des présidents d’université“… Évidemment, si on attend que les mandarins socialistes aient l’envie et le courage de combattre l’entrisme islamiste dans leurs établissements, on n’est pas près d’en être débarrassé…

Source: Public Sénat

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici