L’affaire des ministres en soirées clandestines était-elle un poisson d’avril?

Pierre-Jean Chalençon/Photo: Wikipedia

Invité ce matin sur BFMTV, Pierre-Jean Chalençon a tentant d’apporter explications et arguments après les accusations d’organisations de dîners mondains et soirées clandestines dans son hôtel particulier parisien.

La star d”Affaire conclue” a attaqué d’entrée de jeu: “Non, je n’organise pas de dîner, pas de soirée, rien du tout ! Au Palais Vivienne ou ailleurs. Ça fait 15 mois que le Palais Vivienne est fermé”.

Selon lui, toute l’affaire ne serait qu’un énorme… poisson d’avril! Particulièrement réussi, en l’occurrence, puisque les médias ne parlent que de ça depuis, et que les sbires de la Macronie se relaient pour démentir et menacer…

“C’est le plus gros poisson d’avril de ces 10 dernières années. Un poisson d’avril qui a marché. Je ne pensais pas qu’il marcherait à ce point-là. Vous savez que je suis spécialiste de Napoléon 1er. Et que cette année, nous allons fêter le bicentenaire de la mort de Napoléon. J’ai décidé avec mon équipe de célébrer Napoléon. J’organise alors des dîners, des déjeuners napoléoniens et des visites“, a expliqué Pierre-jean Chalençon.

“J’espère une réouverture assez prochaine. Mais nous avons anticipé et la semaine dernière, c’était une sorte de soirée zéro. Nous avons mis en exergue quelques personnes. Peut-être une douzaine de personnes, et elles sont parties très tôt“, continue-t-il.

Peut-on le croire? Hier soir encore, il affirmait que sa vraie-fausse soirée n’avait réuni que 9 personnes… Et ce matin, l’indispensable Marlène Schiappa est même allée jusqu’à affirmer que Gabriel Attal a été invité, mais qu’il a refusé fermement.

“J’ai des amis qui travaillent“, s’est encore défendu Chalençon. “Et je le lui avais proposé, quand il n’y aurait plus de confinement bien entendu. Nous sommes en démocratie. On peut encore inviter des gens. Ils ont le droit de dire je viens ou pas, ça c’est leur problème”.

Mais d’où vient, dans ce cas, tout cet emballement médiatique et politique autour d’un supposé canular ? Pierre-Jean Chalençon a réponse à tout: “J’ai été harcelé par cette journaliste qui n’a aucune règle de déontologie puisqu’elle m’a appelé 6 fois“, a-t-il soutenu.

Avant de conclure: “Je vous dirai que j’étais très énervé et quand je suis énervé, j’ai des montées d’adrénaline. C’était une blague. La France entière me connaît, sait que j’ai beaucoup d’humour, que je rigole. En attendant, je ne reçois pas de ministres, quand je reçois un copain ou une copine, c’est le maximum”.

Source: L’Indépendant 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici