Face à la levée de boucliers des Américains, Joe Biden renonce à imposer le “passeport vaccinal”

Joe Biden / Photo: Wikimedia Commons
Joe Biden / Photo: Wikimedia Commons

“Le gouvernement ne soutient pas, et ne soutiendra pas, un système qui demanderait aux Américains d’avoir un certificat”, a finalement annoncé ce mardi la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki. Une décision prise sous la pression populaire, de citoyens déterminés à ne pas vivre en dictature.

“Il n’y aura pas de base de données fédérale sur les vaccinations, ni d’obligation fédérale exigeant à tous d’obtenir un certificat de vaccination”, précise-t-elle, en prétendant que cette idée totalitaire viendrait des entreprises privées. Or, c’est bien l’État fédéral qui souhaitait imposer cette folie à tous les Américains.

Face à cette menace, le gouverneur républicain de Floride a interdit ce “passeport” pour protéger les libertés fondamentales des citoyens, et fait ainsi échouer le projet de Biden, qui avait annoncé les prémices de l’imposition de ce “passeport intérieur”, comme du temps de l’URSS, ou comme encore aujourd’hui en Chine communiste.

Le même régime d’où provient à la fois le virus, mais aussi le confinement, et le “passeport vaccinal”, dont Pékin a annoncé début mars l’imposition sous la forme d’un “certificat de santé” numérique pour tous les Chinois qui voudraient voyager à l’étranger. Le virus chinois le plus nocif, n’est pas la Covid-19: c’est le contrôle social.

Source : AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici