Convaincus “à 95%” que la mort de leur proche est due au vaccin AstraZeneca, ils portent plainte

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Ce mardi, le parquet d’Annecy a indiqué que la famille d’un homme de 63 ans, décédé en mars en Haute-Savoie de “multiples thromboses” après avoir reçu une première dose du vaccin controversé d’AstraZeneca, a déposé plainte contre X pour “homicide involontaire”.

Il ne s’agit pas là de la première procédure visant le vaccin du laboratoire anglo-suédois, après plusieurs morts survenues à la suite de son injection. Une plainte contre X a été déposée à Toulouse après la mort d’une femme de 38 ans, et le parquet de Nantes a ouvert une enquête préliminaire à la suite du décès d’un étudiant en médecine.

Selon Le Dauphiné Libéré, qui a révélé l’information, la plainte a été déposée un peu plus de deux semaines après le décès, survenu le 18 mars à Annecy, du vacciné. Ses proches ont signalé le drame à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui a ordonné un supplément d’information pour préciser les causes de sa mort.

Persuadés “à 95%” que la vaccination est liée à son décès, les proches de la victime tentent de faire reconnaître sa mort comme une conséquence du vaccin et de l’intégrer au rapport sur les effets indésirables d’AstraZeneca.

“En l’espace d’un jour et demi, il a multiplié problème sur problème, des thromboses sur des organes vitaux, le foie, les reins, le cerveau… puis il a été placé en réanimation. Cela a été fulgurant”, témoigne le frère d’un des disparus dans une vidéo publiée par le site internet du quotidien.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici