Nouveau : en un clic, visitez le Musée de la Terreur communiste!

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

En République Tchèque, en Hongrie, en Lituanie, en Pologne, aux États-Unis, il existe déjà des musées du communisme retraçant l’histoire du mouvement totalitaire qui dévaste la planète depuis un siècle, qui a déjà fait cent millions de morts, et ce n’est pas fini.

Mais un nouveau musée du communisme vient de naître, avec une particularité très intéressante pour le public français: il est online, accessible depuis votre ordinateur.

Voici comment il se présente: “Le Musée de la Terreur communiste a pour objectif de maintenir vivante la connaissance et la compréhension des morts, de la terreur et de l’échec économique qui ont eu lieu sous les régimes communistes, principalement au XXe siècle.” Que demande le peuple de droite!

Et il précise: “Notre stratégie est d’y parvenir par le biais des médias sociaux, de ce site web, de conférences et de films pour les écoles et les universités, en faisant pression pour améliorer l’enseignement de l’histoire des régimes communistes.” Excellente mission!

Ce musée vient d’être créé. Il commence à se remplir de vidéos, de textes, d’informations, de liens qui, petit à petit, vont permettre de créer un nouveau “devoir de mémoire”, qui se fera un devoir de combattre le communisme partout où il se trouve en position de force: Chine, Corée du Nord, Cambodge, Laos, Vietnam, Cuba, PCF, CGT, LFI, etc.

Exemple: cette description des symptômes de la famine provoquée par Staline en Ukraine. “Dans la première phase de famine, le corps consomme ses réserves de glucose. Dans la seconde, il utilise ses graisses. L’ensemble du corps s’affaiblit. Cela peut durer quelques semaines. Dans la troisième phase, le corps dévore ses propres protéines, se nourrissant de ses propres tissus et muscles. Finalement, la peau devient fine, brillante, voire transparente. Elle peut facilement se rompre. Nadia Malyshko, dans la province de Dniepropetrovsk, se souvient que sa mère, qui n’avait que 37 ans, “a enflé, est devenue faible et semblait vieille”. Ses jambes brillaient et sa peau éclatait.”

Il n’y a pas, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de communisme sans famine dévastatrice, sans terreur, sans camps, sans tortures, sans fosses communes, sans parti unique, sans frontières hermétiquement fermées, sans expérimentations scientifiques délirantes, sans destruction des traductions, de la culture et de l’identité des peuples, sans mensonge permanent et systématique, sans idéologie psychopathe, sans leaders mégalomanes, sans impérialisme et sans guerres.

Le communisme est le mal le plus absolu de toute l’histoire de la politique universelle. Il mérite largement, au moins tant qu’il existera, que les musées se multiplient sur la Terre pour le dénoncer inlassablement, sans la moindre compromission, sans la moindre pitié.

Et en France, au fait? C’est pour quand, le musée sur les mensonges et les crimes du PCF et des trotskistes? On commence à s’impatienter!

Source: site officiel du Musée de la Terreur communiste

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici