Tyrannie sanitaire: quel bilan? Un libéral compte les cadavres

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Peu importe que vous aimiez ou non les très rares politiciens libéraux français. Toujours est-il que les intellectuels libéraux ont été les premiers, dès les premiers jours de la pandémie, à mettre en garde notre peuple contre les délires sanitaires de la Macronie. Et ils n’ont jamais cessé de le faire depuis, courageusement, au plus grand mépris des médias officiels.

Au premier rang de ces intellectuels de grande valeur, il y a H16, chroniqueur de talent, insolent, implacable, qui attaque de manière frontale, à l’arme lourde, les mesures sanitaires prises par Macron, Castex et Véran.

Dans son blog, ce matin, il fait le bilan de la tyrannie qui se durcit sans cesse, étouffant toutes nos libertés, écrasant nos âmes et assassinant notre avenir. H16, vous avez la parole.

“En réalité, le bilan de l’action publique en matière de santé dans les pays occidentaux en général et en France en particulier est particulièrement visible actuellement… Et il est catastrophique : il apparaît maintenant que des dizaines de milliers d’individus sont morts par négligence et désorganisation, par contamination (en hôpital et en EHPAD), que des dizaines, centaines (?) de milliers d’autres mourront de n’avoir pas été suivis médicalement pendant cette période, contrebalançant largement les mesures de sauvegarde prises et que les impacts économiques, sociaux, psychiques de ce qui a été mis en place seront phénoménalement malsains.”

Voilà! Le bilan est tout simplement une apocalypse nationale.

H16 rappelle alors les fondamentaux de la démocratie. “Il devrait encore être évident et normal que chacun doit pouvoir choisir ou non une procédure médicale dont le rapport coût/bénéfice n’est évaluable qu’à titre individuel. Il devrait encore être évident et normal qu’on ne peut imposer de partager ses données de santé, pourtant éminemment privées, pour autoriser des déplacements.”

Exactement! L’individu n’a plus aucune place au Macronistan. Non seulement on flique son intelligence, mais on embastille son corps.

“Il devrait aussi être évident que partager ses données personnelles avec la puissance publique, que laisser sa liberté de mouvement aux politiciens et administrations en place et que leur accorder un tel pouvoir ne peut pas aboutir à une amélioration de la situation. Si l’Histoire doit nous apprendre quelque chose, c’est bien cela. Seule une naïveté qui confine à la complicité permet à certains de réclamer l’avènement de ces mesures en applaudissant idiotement des deux mains et des deux pieds.”

Oui, les Français qui encouragent la politique sanitaire de l’État français sont des collabos. Et ils sont très nombreux, hélas, à espérer ainsi se voir confinés toujours davantage. Ils sont nés pour cirer les bottes aux Boches en 1940 : il se sont simplement trompés d’époque.

“De façon générale, introduire l’État (aux forceps) dans le domaine de la santé a toujours été une hérésie qui ne conduit, comme dans les autres secteurs, qu’à des pénuries, des gabegies, un effondrement de la qualité des services prodigués et une évaporation de la liberté avec, au bout, des obligations, des interdictions et des sanctions pour ceux qui refusent de plier sous le joug.”

La seule religion politique qui vaille, c’est l’amour de la liberté. Et la stratégie mise en place par le pouvoir français est bel et bien une hérésie, qui mérite le bûcher.

“La santé n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais un bien commun. Tenter d’imaginer des situations qui justifient le piège dans lequel nous sommes tombés (en France depuis un moment, et plus récemment ailleurs dans le monde) est une erreur qui ne se terminera que très mal.”

Le pire est à craindre, hélas, en effet. Et à court terme. Comme l’élection présidentielle 2022, alors, semble loin! Merci, H16, pour ces vérités qui font mal au cœur, mais réveillent les neurones.

Source: blog de H16

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici