Les promesses de Biden ont provoqué la plus grande déferlante de clandestins depuis 20 ans

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

“Nous sommes en voie d’avoir plus de personnes à la frontière sud-ouest que nous n’en avons eu au cours des vingt dernières années”, a avoué le mardi 16 mars le ministre américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas. La situation “est difficile. Nous travaillons 24 heures sur 24 pour la gérer.”

L’explosion du nombre de mineurs non accompagnés, dont “certains ont six, sept ans”, pose le plus problème car, contrairement aux adultes, ils ne sont pas renvoyés vers le Mexique ou leur pays d’origine, a expliqué le ministre.

Les structures d’accueil des gardes-frontières dédiées aux moins de 18 ans “sont bondées” et le ministère de la Santé “n’est pas en capacité d’accueillir les flux d’enfants seuls que nous connaissons”, a-t-il confessé. Une catastrophe migratoire aggravée par les promesses folles du président démocrate Joe Biden qui ont provoqué un appel d’air à la frontière.

En février, plus de 100 000 clandestins ont été arrêtés à la frontière, dont plus de 70 000 adultes seuls, près de 20 000 personnes en famille et 9 457 mineurs isolés. La plupart des familles doivent être renvoyées vers le Mexique ou leur pays d’origine, pour empêcher la pandémie, “sauf quand le Mexique n’est pas en capacité de les recevoir”, a précisé le ministre.

Comme c’est le cas dans la région du Rio Grande, frontalière du Texas où les structures d’accueil sont “sous tension”, a-t-il avoué. Alejandro Mayorkas a expliqué l’explosion migratoire par “la pauvreté, des niveaux élevés de violence ainsi que la corruption au Mexique, au Guatemala, au Salvador et au Honduras.

Source: AFP

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici