L’OMS vole au secours du vaccin d’AstraZeneca et en minimise les risques malgré les caillots sanguins

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

L’agence sanitaire des Nations unies affirme qu’il n’y a pas de lien de cause à effet entre le vaccin d’AstraZeneca et les caillots sanguins et examine actuellement les données.

L’Organisation mondiale de la santé a volé au secours de l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca après que certains pays européens ont interrompu leur distribution à la suite de rapports faisant état de la formation de caillots sanguins chez plusieurs receveurs.

Plus de 335 millions de doses de vaccins anti-Covid-19 ont été administrées dans le monde jusqu’à présent, et aucun décès n’a été constaté comme ayant été causé par les vaccins“, a déclaré vendredi le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse en ligne.

Au moins cinq pays européens, dont le Danemark, la Norvège et l’Islande, ont suspendu l’utilisation d’un lot spécifique du vaccin AstraZeneca après le décès d’une Danoise dû à la formation de caillots sanguins après la vaccination. L’autorité italienne de réglementation des médicaments a déclaré avoir interrompu l’utilisation d’un autre lot après le décès de deux personnes.

Toutefois, l’Agence européenne du médicament a souligné que les avantages du vaccin l’emportaient toujours sur ses risques. Un certain nombre de morts serait-donc justifié pour le bien commun? Curieusement, cette logique ne marche pas avec le confinement.

L’expert scientifique en chef de l’OMS, Soumya Swaminathan, a déclaré vendredi qu’aucun lien de causalité n’avait été établi entre le vaccin et la formation de caillots. Alors qu’il faut attendre des semaines, voire des mois pour les résultats sur la hydrochloroxine, un problème de vaccin est “résolu” en 24 heures chrono. Plus fort que Jack Bauer, l’OMS…

À l’heure actuelle, nous sommes convaincus que nous devrions aller de l’avant“, a-t-elle déclaré, en faisant référence à l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca.

L’OMS a également indiqué qu’un groupe d’experts étudiait les derniers rapports et que toute modification de ses recommandations actuelles serait immédiatement communiquée au public.

La Thaïlande et la République du Congo ont été les premiers pays non européens à interrompre la distribution du vaccin vendredi.

Le Congo a reçu 1,7 million de doses AstraZeneca dans le cadre du programme mondial de partage des vaccins COVAX le 2 mars, mais il n’a pas encore commencé sa campagne d’inoculation.

Le programme COVAX consiste à faire payer les vaccins des pays pauvres avec l’argent de contribuable des pays occidentaux, pour que les multinationales pharmacautéques puissent en vendre partout.

La sous-directrice générale de l’OMS, Mariangela Simao, a déclaré que les lots d’AstraZeneca qui font l’objet d’un examen approfondi ont été fabriqués en Europe, tandis que les vaccins du fabricant destinés au programme COVAX ont été produits par des fabricants en Inde et en Corée du Sud.

Source: AP

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici