VIDEO. La répression s’aggrave! Une retraitée se fait menotter et brutaliser suite à un contrôle des masques

/ Photo: Capture d'écran YouTube
/ Photo: Capture d'écran YouTube

La retraitée de Wolfsburg, en Allemagne, est horrifiée. Un simple différend avec un policier zélé sur le masque, qu’elle a pourtant portée, a conduit à l’interpellation de la paisible sexagénaire lors d’une scène qu’elle n’a connu que des séries policières.

Petra John était sur le point d’acheter un café dans le centre de Wolfsburg lorsqu’elle a été abordée par un policier, dit-elle. Le fonctionnaire lui a demandé de relever son masque, obligatoire dans la zone piétonne.

La sexagénaire a cependant affirmé qu’elle portait bien un masque. Elle a entamé une discussion avec le policier et la situation a commencé à s’aggraver. A la fin, Petra John a été menottée, “comme une criminelle”, dit-elle. Comment la situation s’est déroulée du point de vue de la police?

La retraitée affirme n’avoir rien fait de mal ni d’interdit, car elle avait bien porté un masque qui lui couvrait également la bouche et le nez. “Pas jusqu’aux yeux, mais je l’avais sur moi“, se souvient-elle.

Lorsque le policier s’est approché d’elle, elle a relevé son masque. Elle a eu peut être tort de lui demander ensuite de prêter attention aux cyclistes qui traversaient la zone piétonne en violation du code de la route?

Le fait est que le policier est soudainement devenu mal à l’aise et désagréable. “Je n’aime pas votre ton, je veux voir votre carte d’identité“, a-t-il dit. L femme de 68 ans a refusé d’accepter cela parce qu'”elle n’avait rien fait de mal”. Sur ce fait, d’autres agents sont arrivés, ils l’ont menottée, contrôlé ses papiers et relevé son identité.

Les policiers ont eu recours à une “force excessive”, explique Petra John, qui lui a laissé des bleus aux poignets et de fortes douleurs au dos.

La retraitée ne peut pas comprendre pourquoi elle a été traitée comme ça. “Je ne suis pas une négationniste des masques“, souligne la bonne citoyenne allemande, docile et obéissante. “J’ai toujours pensé que cela n’arrivait qu’à la télévision“.

Elle veut maintenant des excuses de la part de la police. Au lieu de cela, elle est accusée d’avoir commis un délit de rébellion envers les forces de l’ordre.

Source: Bild

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici