Une rébellion au centre de rétention de clandestins du Mesnil-Amelot: sept migrants condamnés

Centre de rétention administrative. Image d'illustration/Capture d'écran YouTube
Centre de rétention administrative. Image d'illustration/Capture d'écran YouTube

Dans son jugement rendu samedi en pleine nuit, le tribunal correctionnel de Meaux, en Seine-et-Marne, a infligé des peines de 16 mois de prison ferme à 12 mois avec sursis pour “rébellion commise en réunion” à sept hommes, âgés de 18 à 34 ans.

Il s’agit de deux Algériens, deux Tunisiens, un Égyptien, un Congolais et un Pakistanais. Trois d’entre eux ont également été condamnés pour l’incendie ayant ravagé une bonne partie du Centre de rétention (CRA) où ils se trouvaient en attente de leur expulsion.

Les faits ont été commis le 20 janvier dans le CRA du Mesnil-Amelot, à proximité de l’aéroport de Roissy. Le mécontentement y grondait depuis la veille à cause du maintien en rétention de plusieurs d’entre eux, suite à des décisions de justice.

Certains migrants ayant refusé le test PCR requis par le pays d’origine afin de procéder à leur expulsion de notre territoire, la justice les avait replacés au CRA, malgré qu’ils y aient déjà passé trois mois, soit la durée maximale prévue pour une “rétention“.

Dans la matinée, un groupe rassemblé dans la cour avait mis le feu à deux bâtiments de vie et des violences avaient éclaté entre les sans-papiers et les policiers. Visés par des jets de projectiles, ces derniers avaient fait usage de gaz lacrymogènes.

L’intervention de forces de police extérieures avait été nécessaire, qui ont mis plusieurs heures à rétablir le calme et à dégager la voie aux pompiers. Au final, pas de blessés mais l’incendie a rendu inutilisables deux des six bâtiments du centre.

Le tribunal correctionnel de Meaux leur a infligé des peines allant de 16 mois de prison ferme à 12 mois avec sursis probatoire pour “rébellion commise en réunion” et, concernant trois d’entre eux, pour “incendie”.

Source: Le Figaro

2 Commentaires

  1. Il y a trop de personnes qui s’opposent à l’expulsion des nuisibles ; des assos avec des avocats qui se sont spécialisés dans une lutte pour favoriser le maintien sur notre sol de gens indésirables de par leur comportement. La loi est trop douce, trop gentille avec ces gens qui ne nous respectent pas. Ils veulent vivre chez nous mais pas avec nous! Et nos , Patriotes nous voulons vivre chez nous …Sans eux!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici