Dialogue Castex-racailles. Pendant le Beauvau de la sécurité, la guérilla urbaine à Beauvais

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Quatre personnes doivent être jugées lundi en comparution immédiate pour des violences urbaines survenues entre le 1er et le 3 mars dans deux cités HLM de Beauvais déjà bien connues pour être des fiefs de racailles et de dealers.

Après ces violences urbaines, le Premier ministre Jean Castex, en déplacement vendredi à Beauvais pour une table ronde du Beauvau de la sécurité, avait affirmé que “rien ne restera impuni”.

Les quatre mis en cause, dont trois ont été placés en détention provisoire samedi dans l’attente de leur procès, sont poursuivis pour des échauffourées avec les forces de l’ordre dans les nuits du 1er au 2 mars dans le quartier de l’Argentine, et du 2 au 3 mars dans le quartier de Soie Vauban.

On leur reproche notamment des violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, la diffusion de l’enregistrement d’images relatives à la commission d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne et des menaces de mort ou d’atteinte aux biens envers un fonctionnaire de police.

En clair, ils ont attaqué les policiers et les pompiers, filmé ces scènes et diffusé leurs “faits de guerre” sur les réseaux sociaux. Une manière de gagner du respect dans d’autres cités sensibles de la France entière, mais aussi un facteur de propagation de la violence par mimétisme.

L’annonce des représailles judiciaires ne calme pas les racailles. Dimanche dernier, trois policiers avaient été légèrement blessés, dont deux par des tirs de mortiers, dans les mêmes cités.

Ludovic Cassier, délégué du syndicat Unité SGP Police, résume la situation: “Le problème c’est que l’État régalien a lâché cette mission sécurité, cette obligation d’assurer la sécurité pour l’ensemble de nos territoires et pour tous les Français“.

SourceS : AFP/ Ouest-France

Caillassages, incendies et tirs de mortiers contre la police à Beauvais

1 COMMENTAIRE

  1. Bon pendant ce temps là, les gendarmes servent de nounous aux épouses et enfants des ministres et autres, comme ils le firent pour assurer la sécurité de Mazarine ou promener Julie Gayet ou assurer la protection des enfants et petits enfants de dame Macron

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici