Chasse à l’homme! À Sciences-Po Grenoble, un syndicat accuse des enseignants de propos islamophobes

Sciences-Po Grenoble/Photo: DR

L’Union syndicale de l’IEP de Grenoble (USIEPG), un syndicat étudiant, a accusé un enseignant d’avoir tenu des propos islamophobes et mené son “enquête” sur les cours d’un second enseignant sur le campus de Sciences-Po Grenoble.

Lors de la préparation d’une journée intitulée “Racisme, islamophobie, antisémitisme” dans le cadre de la semaine de l’égalité qui se tenait du 30 novembre au 6 décembre 2020 sur le campus, un professeur d’allemand aurait prononcé des mots “discriminants” selon le syndicat.

“Une journée consacrée au thème “Racisme, islamophobie et antisémitisme” reste une très mauvaise idée. Elle serait une insulte aux victimes réelles (et non imaginaires!) du racisme et de l’antisémitisme”, aurait-il affirmé dans un échange de mails publié sur la page Facebook de l’USIEPG.

Et un second enseignant, spécialiste en sciences politiques, maître de conférence dirigeant le cours “Islam et musulmans dans la France contemporaine” au sein de Sciences-Po Grenoble, est maintenant visé à son tour.

Ayant montré son désaccord avec les accusations d’islamophobie à l’encontre de son collègue, il a vu l’USIEPG lancer un appel à témoignages concernant son cours pour savoir si des “propos islamophobes” y avaient été tenus.

Le professeur, spécialiste de l’islam, a alors envoyé un mail à une centaine d’étudiants en demandant aux membres de l’USIEPG de ne plus assister à son cours “Islam et musulmans dans la France contemporaine“.

“Pour des raisons que je ne peux pas expliquer par mail, je demande à tous les étudiants qui appartiennent au syndicat dit “Union syndicale” de quitter immédiatement mes cours et de ne plus jamais y remettre les pieds“, a-t-il récemment écrit dans un mail collectif.

L’USIEPG affirme avoir déposé une plainte après avoir eu connaissance du mail envoyé par l’enseignant aux élèves, quoi qu’ayant bel et bien exigé dans un message posté sur sa page Facebook le 22 février que le cours “Islam et musulmans dans la France contemporaine” soit retiré du programme de Science Po Grenoble.

“Étant donné les problèmes d’islamophobie de certains professeurs de l’IEP, l’Union syndicale souhaite retirer ce cours des maquettes pédagogiques pour l’année prochaine si lors de ce cours des propos islamophobes y étaient dispensés comme scientifiques”, avait écrit l’USIEPG.

Le procureur a pris la décision de classer sans suite pour “infraction insuffisamment caractérisée” la plainte pour “discrimination syndicale” du représentant de l’Union syndicale de l’IEP de Grenoble.

Et hier soir, le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant, a ordonné une enquête pour “injure publique” suite au signalement par la direction de Sciences-Po Grenoble d’affiches apposées sur les murs de l’IEP et “visant nommément deux professeurs de l’établissement“.

Source: France 3

 

 

6 Commentaires

  1. Les syndicats étudiants comme tout syndicat dans l’éducation doivent être interdit , toutes manifestations de syndicat a l’intérieur de locaux de l’éducation national doivent être interdit.
    Cela afin de garantir la pluralité de l’éducation.

  2. On a le droit de dire que les femmes doivent être, voilées, excisées, mariées de force selon le gré du père, lapidées en cas d’adultère et toujours accompagnées d’un référent masculin, répudiées sans autre forme de procès, cela en terre d’islam, mais pas chez moi en France. Dénoncer cela, ce n’est pas de l’islamophobie, juste une façon d’affirmer que charbonnier est maître chez soi et qu’il y a de la place en Arabie ou en Egypte pour ceux qui prétendent nous imposer des moeurs orientales datant de la fin de l’Antiquité. Une fois de plus, preuve est donnée que l’islamo-gauchisme est bien une réalité.

  3. Mélencon et ses connards de LFI vont encore nous expliquer que le seul vrai danger à l’Université, c’est celui du Maccarthysme de la ministre Vidal et la chasse aux sorcières islamogauchistes, qui d’ailleurs n’existent pas (scientologiquement “scientifiquement” prouvé)

  4. Où l’on retrouve le terrorisme façon Gardes voire Khmers Rouges.

    Ça ressemble à s’y méprendre à la Révolution Culturelle. Placardage d’un samizdat pour dénoncer un intellectuel “bourgeois” avant de le tabasser, voire le tuer pour le “rééduquer”.

    • dazibao (affiche, placard), pas samizdat (tract circulant sous le manteau, billet clandestin). Je m’y perds dans tous ces machins branlatoires communistes.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici