Ce dimanche, les Suisses votent lors du référendum sur l’interdiction de la burqa

L'affiche de l'UDC / Photo: UDC
L'affiche de l'UDC / Photo: UDC

Les électeurs suisses se prononcent ce dimanche sur une proposition visant à interdire les couvre-visages, tant les niqabs et burqas portés par les musulmanes du pays que les masques de ski et les bandanas utilisés par les manifestants. Les sondages indiquent que deux tiers des Suisses sont pour l’interdiction.

La mesure interdirait de se couvrir le visage dans les lieux publics comme les restaurants, les stades, les transports publics ou simplement en marchant dans la rue, à l’image de la loi qui est en vigueur actuellement en France.

Il y aurait des exceptions sur les sites religieux et pour des raisons de sécurité ou de santé, comme les masques que les gens portent actuellement pour se protéger contre la COVID-19, ainsi que pour les célébrations traditionnelles du carnaval. Les autorités disposeraient de deux ans pour élaborer une législation détaillée.

Le gouvernement suisse s’oppose à cette mesure et affirme que le fait que les gens se couvrent le visage est une question marginale et que la plupart des femmes musulmanes qui portent ce type de voile en Suisse sont des riches touristes des pays du Golfe Persique.

Le gouvernement suisse soutient plutôt l’idée d’obliger les gens à montrer le visage si les forces de l’ordre le leur demandent.

Les partisans de la proposition, qui est soumise au vote cinq ans après son lancement et qui est connue sous le nom familier d'”interdiction de la burqa”, affirment que le voile intégral symbolise la répression des femmes et que la mesure est nécessaire pour respecter un principe de base selon lequel dans une société libre, comme celle de la Suisse, on montre son visage.

Deux des 26 cantons ou états suisses, le Tessin italophone et Saint-Gall, ont déjà une législation similaire qui prévoit des amendes. La législation nationale mettrait la Suisse au même niveau que des pays comme la Belgique et la France qui ont déjà adopté des mesures similaires.

Une coalition de partis de gauche qui s’oppose à la proposition a mis en place des panneaux indiquant “Absurde. Inutile. Islamophobe”.

Le parti patriote Union démocratique du centre, le plus puissant parti au Parlement suisse, a soutenu des mesures antérieures telles que l’interdiction de construire de nouveaux minarets, approuvée par les électeurs en 2009.

Source: AP

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici