Le salon de l’armement d’Abu Dhabi. Pour qui les armes le plus modernes? Pour qui les milliards?

Serge et son Annihilator 2000 dans
Serge et son Annihilator 2000 dans "Le Flic de Beverly Hills 3" / Photo: Allociné

Les principaux fabricants d’armes participent à un salon de l’armement à Abu Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, dans l’espoir de conclure des accords avec les militaires des pays du Moyen-Orient.

Lors de l’ouverture, les EAU ont révélé qu’ils avaient signé pour 1,36 milliard de dollars de contrats d’armement locaux et étrangers afin de fournir à leurs forces armées tout ce dont elles ont besoin, des drones sud-africains à l’artillerie serbe.

Bien que ce chiffre dépasse l’annonce de l’ouverture du salon de 2019, les experts de la défense prévoient une baisse des dépenses militaires cette année, car la pandémie et la chute des prix mondiaux du pétrole compriment les budgets dans la région du Golfe.

Le salon bisannuel, l’International Defense Exhibition and Conference, est le premier grand événement public à Abu Dhabi depuis l’apparition du coronavirus, ce qui témoigne de son importance pour la pays qui lève les restrictions sanitaires exprès pour ce salon.

Les 70 000 participants et 900 exposants comptent sur le plus grand salon d’armes du Moyen-Orient pour acheter et vendre les dernières nouveautés, des véhicules blindés aux missiles balistiques.

D’importants pavillons de certains pays étaient absents, notamment celui des États-Unis, le plus grand exportateur d’armes au monde.

Les grandes entreprises américaines ont été présentes mais ont gardé un profil bas. Les représentants de Lockheed Martin se tenaient à côté de modèles d’avions de chasse F-35 furtifs, alors que l’administration Biden examinait plusieurs ventes d’armes importantes à l’étranger initiées par l’ancien président Donald Trump, notamment un transfert de F-35 vers les Émirats arabes unis pour un montant de 23 milliards de dollars.

Les restrictions sanitaires imposées par Israël l’ont également empêché de participer à l’exposition, qui aurait été une première après la normalisation de ses relations diplomatiques avec les EAU l’année dernière.

De nombreux autres pays étaient cependant présents. La Chine, qui possède la deuxième industrie d’armement au monde, a attiré les passants avec un missile balistique grandeur nature appelé “Fire Dragon”. La Chine a déjà vendu des drones armés à l’Irak, aux Émirats arabes unis et à l’Arabie saoudite.

Au pavillon de la Russie, le leader tchétchène Ramzan Kadyrov a inspecté une vaste gamme de fusils d’assaut Kalachnikov.

Non loin de là, le groupe polonais WB a montré des vidéos de son “drone suicide” capable d’attaquer de très haut pour faire exploser des véhicules blindés. L’Azerbaïdjan avait montré l’intérêt de ce système lors de son conflit frontalier avec l’Arménie l’année dernière, lorsque des drones turcs ont contribué à renverser la vapeur en sa faveur.

Au pavillon de l’Arabie Saoudite, classée premier importateur d’armes au monde au cours des cinq dernières années, les autorités tentent de présenter le royaume comme un géant émergent de la défense.

Ce programme, mis en place par le prince héritier Mohammed bin Salman, vise à briser la dépendance du pays aux importations, à diversifier son économie en la détournant du pétrole et à localiser au pays plus de la moitié de ses dépenses militaires.

Le ventes d’armes au Moyen-Orient ont augmenté de 61% au cours des cinq dernières années, selon un récent rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

L’analyste spécialisé dans de renseignements de défense IHS Janes prévoit cependnat une baisse de 9,4% dans le Golfe à 90,6 milliards de dollars en 2021, résultat de la crise économique provoquée par le confinement.

Source: Al-Jazeera/ Arab News/ CNN

1 COMMENTAIRE

  1. Les américains essayent de fourguer le F35 a qui en veux, ce n’est qu’un vulgaire tas de tôle , incapable de tiré correctement , avec lequel il faut éviter les orages a moins de 50 Kilomètres ….., le dernier rapport du pentagone dénombre 871 problèmes pour un avion dont le développement a déjà couté 428 milliard de dollars .
    Il y a de quoi ce poser la question sur la capacité de l’industrie aéronautique américaine a construire des avions correct quand on voit également Boeing avec ses 777 .

    A la place des saoudiens je regarderais du coté Européen .

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici