Encore un “jeune” de 14 ans tué par balles en Seine-Saint-Denis: deux tireurs se rendent à la police

Image d'illustration / Photo: DVS
Image d'illustration / Photo: DVS

Deux “jeunes”, âgées de 19 et 27 ans, ont été placées en garde à vue samedi à Bobigny, au lendemain du meurtre d’un garçon de 15 ans à Bondy. Selon le parque, ils se sont présentés d’eux-mêmes à la police.

Les deux auteurs présumés se sont présentés et viennent d’être placés en garde à vue“, a précisé le parquet de Bobigny.

L’homicide a eu lieu vendredi vers 17h00 dans la ville de Bondy, en Seine-Saint-Denis, dans la banlieue nord-est de Paris. La victime a été atteinte par balles à l’intérieur d’une maison de quartier, alors que l’auteur des tirs se tenait dans la rue.

Selon une source policière, il s’agit d’un assassinat ciblé. Les deux hommes, arrivés à scooter, ont visé l’adolescent, ayant mis pied à terre, avant de prendre la fuite.

La victime, touchée par balle à la poitrine selon la même source policière, a succombé à ses blessures.

D’après différents témoignages des “jeunes” du quartier d’origine de la victime, l’origine du drame était une dispute entre les protagonistes survenue juste avant les faits.

Dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux, le maire de Bondy Stephen Hervé (LR), a évoqué “un drame atroce“, survenu dans le bâtiment municipal servant de centre de loisirs, et salué “l’exemplarité des animateurs qui ont fait leur maximum pour protéger les jeunes qui fréquentent la structure“.

L’édile a lancé un “appel général au calme et à la raison“, en sousentendant les représailles possibles voire un conflit entre quartiers. Il est allé jusqu’à reclamer “une présence renforcée” des forces de police pendant plusieurs semaines dans sa ville.

Le garçon tué, prénommé Aymen, était réputé assidu au cours de boxe, avant le confinement. Son entraîneur au club de Bondy, a tenté de mettre le meurtre sur le dos du confinement en affirmant sur les réseaux sociaux qu’en ce période, les “clubs sont fermés depuis des mois” et les “enfants tournent en rond“.

La région parisienne avait déjà été marquée en début de semaine par la mort de deux “jeunes” de 14 ans dans un autre département, l’Essonne: une fille et un garçon avaient été poignardés lors de rixes différentes entre jeunes de bandes rivales.

Source: AFP

VIDÉO. Regardez la guerre des gangs de racailles en plein Paris!

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici