Cette tribu mélanésienne a un problème: son dieu risque de mourir du Coronavirus

Le culte du Prince Philippe / Photo: DR

Que faire si votre dieu est sur le point de mourir du Coronavirus? Cette question, loin d’être un canular, constitue un véritable problème théologique pour les membres d’une tribu habitant sur une île du Pacifique Sud, confrontés à cette situation.

Depuis son hospitalisation pour une infection le 16 février dernier, la santé du Prince Philip, le prince consort d’Angleterre, âgé de 99 ans, suscite une inquiétude croissante dans le monde entier.

En particulier chez les membres de la tribu du village de Yaohnanen, situé sur l’île de Tanna, dans le Pacifique Sud, qui vénèrent le Prince Philip, comme un dieu. Ils pensent que le mari de la reine Elizabeth II descend d’un esprit ancestral qui veille sur eux.

Ce mouvement est similaire aux “cultes du cargo” de l’après-guerre, où les natifs de diverses îles du Pacifique attribuaient à certains rituels la livraison de marchandises provenant de sociétés occidentales, plus avancées technologiquement.

Mais la déification du prince Philip — dont le portrait a été exposé en évidence dans des bâtiments publics avant que l’archipel de Vanuatu n’obtienne son indépendance en 1980 — a été cimentée par un événement qui s’est déroulé il y a près d’un demi-siècle.

En 1974, le prince consort britannique a accompagné la reine Elizabeth lors de sa visite de la capitale du pays, Port Vila, à bord du yacht royal Britannia.

L’un des rameurs qui les a ramenés à terre était un citoyen de Tanna appelé Chief Jack. Il pensait que Philip était un guerrier des siècles passés descendu des montagnes et parti en Angleterre à la recherche d’une épouse.

La mariée qu’il a trouvée est Madame la Reine, donc Philip est le dieu“, explique un guide touristique local.

La rumeur s’est vite répandue que le duc était la réincarnation d’un dieu-gardien de Tanna.

Selon les insulaires, le “dieu noir de Tanna”, Karapanenum, a quitté l’île pendant la Seconde Guerre mondiale sur un bateau américain. Déguisé en homme blanc, il a participé à une compétition organisée par la reine d’Angleterre. Celle-ci, à la recherche d’un mari, avait invité tous les “hommes forts” de la planète à s’affronter lors d’une série d’épreuves. Ses pouvoirs magiques ont permis à Karapanenum de triompher de ce défi et de devenir le prince-consort du Royaume-Uni.

Du point de vue des croyants, le Prince n’est pas anglais mais de leur île“, a déclaré l’anthropologue Kirk Huffman. “L’esprit originel dont il est la réincarnation est celui de leur propre peuple“.

Dans une interview pour le Christian Science Monitor en 2007, le chef Jack Naiva a déclaré: “C’est un dieu, pas un homme. Parfois, nous entendons sa voix, mais nous ne le voyons pas.”

Les gens de la tribu seront remplis de chagrin lorsqu’ils apprendront la condition de leur idole royale, selon l’anthropologue.

Ils espéraient qu’il reviendrait en personne, mais c’est maintenant très peu probable“, a ajouté Huffman, le conservateur honoraire du Centre culturel de Vanuatu. “Mais ils imagineront que son esprit aura la possibilité de revenir sur l’île.”

Jimmy Joseph, un membre de la tribu, a eu le temps de remettre au prince Charles une canne en bois sculpté pour son père lorsque le fils aîné de Philip a passé quatre heures à Vanuatu en avril 2018.

En lui remettant la canne symbolique à l’aéroport de Port Vila, il a dit au Prince des Galles: “C’est pour aider ton père à marcher parce qu’il est très vieux“.

Les insulaires pensent que l’esprit de Philip après sa mort viendra à Tanna et que le mouvement se poursuivra avec “le successeur du prince Philip, le prince Charles“.

Selon leurs croyances, une fois mort, le prince Philip reviendra sur l’île sous forme d’esprit et ramènera toutes les richesses de l’empire britannique avec lui“, affirme le photographe russe Vlad Sokhin, qui a passé une semaine sur l’île.

Sources : NY Post/ Wikipedia

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici