Au Nigeria, un nouvel enlèvement en masse des filles dans une école sécondaire

Images d'illustration. Les filles de Chibok, 2016 / Source: Capture d'écran YouTube
Images d'illustration. Les filles de Chibok, 2016 / Source: Capture d'écran YouTube

Des hommes armés ont enlevé 317 jeunes filles dans une école avec internat au nord du Nigeria vendredi, a déclaré la police, le dernier d’une série d’enlèvements d’écoliers et étudiants dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

La police et l’armée ont commencé des opérations conjointes pour sauver les filles après l’attaque de l’école secondaire de sciences pour filles dans la ville de Jangebe, dans l’Etat de Zamfara.

Selon des témoins, les hommes armés ont également attaqué un camp militaire et un point de contrôle à proximité, empêchant les soldats d’intervenir pendant que leurs complices ont occupé l’école pendant plusieurs heures avant d’enléver les écolières. Il n’a pas été possible de déterminer immédiatement s’il y a eu des victimes.

Plusieurs importants groupes armés opèrent dans l’État de Zamfara, décrits par le gouvernement comme des bandits, souvent associés ou alliés au rebelles djihadistes, et sont connus pour kidnapper contre la rançon.

Le Nigeria a connu plusieurs attaques et enlèvements de ce type au fil des ans, notamment l’enlèvement massif en avril 2014 par le groupe djihadiste Boko Haram de 276 filles de l’école secondaire de Chibok dans l’État de Borno. Plus d’une centaine de ces filles sont toujours portées disparues.

L’attaque de vendredi est survenue moins de deux semaines après que des hommes armés aient enlevé 42 personnes, dont 27 élèves, du Government Science College Kagara dans l’État du Niger. Les étudiants, les enseignants et les membres de leurs familles sont toujours détenus par les kidnappeurs.

En décembre, 344 étudiants ont été enlevés au Collège scientifique gouvernemental de Kankara, dans l’État de Katsina. Ils ont finalement été libérés.

Les enseignants sont souvent contraints de fuir vers d’autres États pour se protéger, et de nombreux enfants ont dû abandonner leur éducation au milieu de fréquentes attaques violentes dans les communautés.

L’éducation est une cible revendiquée par les islamistes. Dans la langue haoussa “Boko Haram” signifie “l’éducation occidentale est un péché”, du “boko”, livre (book, en anglais) et “haram” désignant un interdit coranique.

Source: AP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici