Barrack Obama a cassé le nez d’un collégien pour l’avoir traité de nègre

Barrack Obama / Photo: Caricature Donkey Hotey (Flickr)
Barrack Obama / Photo: Caricature Donkey Hotey (Flickr)

L’ancien Président Barack Obama a un jour cassé le nez d’un coéquipier de basket-ball à coups de poing pour l’avoir gratifié d’une insulte raciale lors de la corvée de nettoyage des vestiaires au collège, a-t-il déclaré dans une nouvelle interview.

L’ancien Président a révélé pour la première fois qu’il avait frappé son ancien camarade de classe, en cinquième, lors de son nouveau podcast avec la rock star, Bruce Springsteen, lundi.

“Écoute, quand j’étais à l’école, j’avais un ami. Nous avons joué au basket ensemble“, a déclaré Obama au chanteur lors d’une conversation sur la race dans l’émission “Renegades” de Spotify.

Et une fois, nous nous sommes disputés et il m’a traité de nègre“, a dit Obama à propos de la dispute dans son État d’origine. Le mot précis était “coon”, ce qui désigne à la base un Aborigène d’Australie.

Tout d’abord, il n’y a pas de ‘coons’ à Hawaï, n’est-ce pas?“, a commencé par demander Obama à son interlocuteur.

Alors qu’il ne savait peut-être même pas ce qu’était un nègre, ce qu’il savait, c’était ‘Je peux te faire du mal en disant ça’“, a-t-il dit.

Et je me souviens que je lui ai donné un coup au visage et lui ai cassé le nez. Et nous étions dans les vestiaires… Je lui ai expliqué, je lui ai dit, ‘Ne m’appelle jamais comme ça’“, a poursuivi l’ancien Président.

Après avoir écouté l’histoire, Bruce Springsteen n’a pas condamné la violence. Il a commenté: “Bien joué.”

L’ancien dirigeant des États-Unis a brièvement mentionné l’incident dans ses mémoires de 1995, Dreams of My Father, mais c’est apparemment la première fois qu’il en parle plus longuement.

Dans ce livre, Obama décrit la tension raciale qui montait à Hawaï et le réconfort qu’il trouvait sur le terrain de basket avant d’être insulté.

L’incident est plutôt sans importance: les enfants se chamaillent, insultent, appuient là où ça fait mal, plus rarement se bagarrent et se cassent les nez. Ce qui est plus insolite, c’est le fait que, au lieu de condamner rituellement le recours à la violence, à l’époque où elle est bannie et diabolisée, les deux auteurs du podcast semblent au contraire la justifier dans ce cas.

Alors, la violence est-elle une solution légitime? Ou seulement celle motivée par l’antiracisme?

Source: Spotify

Pourquoi Barrack Obama et Bruce Springsteen s’associent-ils sur Spotify?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici