Vaccins contre prisonniers: un deal secret des Israéliens avec la Syrie dévoilé

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Prisonniers contre vaccins? Israël a payé plus d’un million de dollars pour obtenir des vaccins Covid-19 pour son ennemi juré de la Syrie dans le cadre d’un accord secret d’échange de prisonniers.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est vanté la semaine dernière que ses liens chaleureux avec le président russe Vladimir Poutine ont contribué à obtenir le retour d’une Israélienne de 23 ans, retenue en captivité à Damas.

Cependant, ce qui a été présenté comme un simple échange de prisonniers, l’Israélienne en question contre deux bergers syriens, a caché en réalité un montage plus complexe.

Israël a en fait payé la Russie pour qu’elle envoie ses vaccins Spoutnik V en Syrie afin de faciliter l’échange, selon les médias israéliens.

Nétanyahou est resté évasif lorsqu’on l’a interrogé samedi sur ces révélations, affirmant que “pas un seul vaccin israélien” n’avait été livré à la Syrie, mais sans exclure qu’Israël ait financé directement à la Russie la fourniture du vaccin.

Nous avons ramené la prisonnière. Je suis heureux que nous ayons fait cela. Je remercie le président Poutine que nous ayons fait cela“, a-t-il déclaré aux journalistes. “Je ne dirai rien de plus car telle était la demande de la Russie“, a-t-il déclaré.

L’Associated Press a déclaré que le contrat pour le vaccin était de 1,2 million de dollars, alors qu’une source a dit à Al Jazeera qu’il était de plusieurs millions de dollars. Tous les détails de l’accord ont été censurés par l’armée israélienne.

Il est légitime que le gouvernement israélien décide de s’écarter des normes et de payer avec une autre forme de monnaie“, a écrit Yoav Limor, un correspondant des affaires militaires israéliennes, dans Israel Hayom.

Cependant, la décision de le dissimuler est déconcertante et inquiétante. De toute évidence, quelqu’un était très mal à l’aise de voir cette affaire dévoilée au grand jour“.

Le gouvernement israélien a refusé de commenter le fait d’inclure des vaccins dans l’accord d’échange de prisonniers.

Les responsables russes n’ont pas commenté l’accord, tandis que l’agence de presse d’Etat syrienne a cité une source non identifiée niant que les vaccins contre les coronavirus faisaient partie de l’accord.

Source: AP/ Wall Street Journal/ Times of Israël/ Al-Jazeera

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici