Flambée de violences, ce week-end, dans les Yvelines: des policiers attaqués, plusieurs agents blessés

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Ce week-end, Saint-Germain-en-Laye, Poissy, Les Mureaux, Trappes et d’autres communes des Yvelines ont été le théâtre d’attaques organisées ou d’agressions spontanées vis-à-vis de forces de l’ordre. Au moins trois policiers ont été blessés et un commissariat a été attaqué à coups de mortiers d’artifice!

Les hostilités ont débuté vendredi 19 février, vers 16h50, sur la commune de Poissy où un policier a été blessé lors de l’interpellation d’un chauffard et de son passager qui circulaient dangereusement sur l’autoroute A13.

Après avoir été insultés et menacés de mort, les policiers ont été molestés et l’un d’entre eux a été blessé à un poignet. On ignore, pour l’heure, le nombre de jours d’ITT qui lui ont été attribués. Les délinquants ont été placés en garde à vue.

Ensuite, vers 18h30, une opération bien préparée a eu lieu sur la commune de Saint-Germain-en-Laye, où le siège de la police municipale, situé dans le quartier à forte population immigrée de Bel-Air, a été attaqué à coups de mortiers d’artifice.

Tandis que les locaux policiers étaient bombardés d’une pluie de fusées, une patrouille était prise à partie, de la même manière, dans une rue proche. Des agents ont bien tenté une sortie pour disperser les agresseurs. Bombardés à leur tour, ils ont dû battre en retraite. Aucun des assaillants n’a pu être interpellé.

Vers 19h10, c’est sur la commune d’Élancourt qu’une patrouille était attaquée au niveau du rond-point de la Liberté par une quinzaine de “jeunes”. Visés par de nombreux et divers projectiles, les agents ont dû se replier en attendant les renforts. Malgré l’arrivée en nombre de ceux-ci, aucun des agresseurs n’a pu être interpellé.

Au même moment, aux Mureaux, c’est un “jeune” de 21 ans, contrôlé sans permis, qui se rebellait et frappait un policier qui a été blessé à la main. Il a fallu l’utilisation d’un Taser pour maîtriser le forcené qui a été placé en garde à vue.

Le lendemain, à Meulan, les troubles ont repris par une cinquantaine de personnes qui refusaient les contrôles des policiers et encerclaient un fourgon de police, le secouant et le mitraillant de projectiles. Les agents ont été obligés de faire usage du gaz lacrymogène pour pouvoir se replier. Là encore, aucun des délinquants n’a été interpellé.

Plus tard, vers 17h15, à la Celle-Saint-Cloud, des fonctionnaires qui intervenaient pour un rodéo sauvage à moto, le fameux “cross-bitume”, ont été accueillis à coups de pierres dont l’une a brisé la vitre de leur véhicule. Les “jeunes” qui les avaient attaqués ont pris la fuite.

Vers 20h40, sur la commune de Sartrouville, des fonctionnaires en patrouille étaient pris à partie par une dizaine d’individus hostiles. Les policiers ont été la cible de nombreux jets de projectiles sans qu’il soit possible d’interpeller un seul des assaillants.

Vers 22h30, des policiers en intervention aux Clayes-sous-Bois ont été amenés à faire usage de leur arsenal non létal pour disperser une dizaine de personnes agressives qui tentaient de s’en prendre à eux. Il n’y a pas eu d’interpellation.

Vers la même heure, à Plaisir, des policiers qui venaient d’assister à une vente de stupéfiants et qui tentaient d’interpeller le dealer, ont été pris à partie par une dizaine de “jeunes” qui ont encerclé les fonctionnaires. Ceux-ci ont dû faire usage de gaz lacrymogène pour arriver à se soustraire à l’attaque. Toujours aucune interpellation.

Vers 23h40, sur la commune du Pecq, des policiers de la BAC, qui procédaient à un contrôle de personnes ne respectant pas le couvre-feu, ont été violemment agressés par deux d’entre elles. Un agent a été blessé au niveau d’un genou. Les deux individus ont été interpellés et placés en garde à vue.

Enfin vers minuit, c’est à Trappes, la nouvelle capitale du califat des Yvelines, que des policiers, qui avait été attirés par un incendie au milieu de la rue Hector-Berlioz, ont été bombardés de tirs de mortiers d’artifice. Les agents ont riposté, notamment au LBD, pour se dégager mais aucun des “jeunes” n’a pu être interpellé.

Il semblerait que la situation, dans les nombreuses zones de non-droit en phase terminale d’islamisation que compte le territoire national, soit en train de conduire à une probable guerre civile qui n’attend plus qu’une étincelle pour ravager notre pays.

Source: 78 Actu

 

 

 

2 Commentaires

  1. au lieu de s’attaquer à “Identité” M.Darmanin devrait envoyer la Légion dans ces quartiers pour faire respecter nos LOIS REPUBICAINES

  2. Tant que l’état ne donnera pas des ordres clairs, précis et ne soutiendra pas les forces de l’ordre pour une reprise en main musclé , ferme afin de remettre l’ordre républicain dans les cités, villes devenue des fief islamiste, ou les vendeurs de drogues sont libres de vendre leur poison , les policiers ne pourront rien faire.
    La racaille a déclarer la guerre aux Français , de ce faite la riposte doit être ferme et définitive si il le faut.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici