Dissolution de Génération identitaire: la télé islamiste Al-Jazeera s’en attribue le mérite

Alors que la Macronie a entamé le processus de dissolution de Génération identitaire, la télévision islamiste qatari Al Jazeera se vante que la démarche de Gérald Darmanin s’appuie sur “une enquête secrète” de la chaîne.

Selon une lettre du 11 février du ministère français de l’Intérieur”au président de Génération identitaire, l’enquête d’Al Jazeera intitulée ‘Génération Haine’ a révélé la réalité de cette organisation“, affirme la chaîne islamiste sur son site web.

Selon Al-Jazeera, le ministre de l’Intérieur macroniste “cite un certain nombre de cas qui mettent en évidence le racisme et la violence du groupe, et la base sur laquelle il est considéré comme une milice privée“. Or, affirme la chaîne, ces prétendus “faits” ont été rapportés par leur “enquête”.

La lettre du ministre accuse de “rhétorique ouvertement haineuse” qui “contribue à accroître les tensions au sein de la communauté nationale” et “provoque des attaques violentes“.

Al-Jazeera, toute fière qu’un ministre français se soit servi de son émission de délation, affirme cependant que “dans une réponse vidéo à la lettre, la porte-parole de Génération identitaire, Thaïs d’Escufon, a déclaré qu’elle était très à l’aise avec l’enquête d’Al Jazeera“.

À l’aise, elle peut l’être, car la prétendue enquête de la télévision qatari sur la Génération identitaire… n’a jamais eu lieu. Al-Jazeera a tourné une émission de style racoleur et pseudo-journalistique sur un bar lillois et un groupe de militants gravitant autour, certes proches de divers courants nationalistes et patriotes, mais sans aucun lien formel avec le groupe en question.

L’enquête d’Al Jazeera s’est concentrée sur les membres clés de la branche lilloise du groupe, l’une des sections GI les plus actives en France, et a impliqué son puissant leader Aurélien Verhassel“, admet la chaîne islamiste, en passant sous le silence des dizaines de sections et des centaines de militants dont les actions pacifiques n’ont jamais été mises en cause par la justice et d’éventuelles condamnations ont toujours été annulées en appel.

Ce n’est pas la première fois que les journalistes de la télé qatari se vantent de jouer les supplétifs de la police.

“En décembre 2020, trois militants d’extrême droite, dont un membre du GI, ont été condamnés (…) sur la base des preuves recueillies lors de l’enquête d’Al Jazeera“, affirme la chaîne fièrement sans préciser qu’il s’agit de condamnations mineures avec sursis sans rapport avec l’activité de Génération identitaire.

Plusieurs journalistes, y compris le service de Fact Check de Libération ont dû admettre, à contre-coeur, des manipulations et mauvaises traductions dans la fameuse “enquête” d’Al-Jazeera.

Al Jazeera est une chaîne de télévision satellitaire qatarienne, qui émet en arabe, en anglais, en turc et en serbo-croate, basée à Doha au Qatar. Elle a été lancée en 1996 par le cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, émir du Qatar, qui vient d’arriver au pouvoir en renversant son père. Elle vise à rompre la mainmise des Saoudiens sur le paysage médiatique international arabe.

Idéologiquement, Al-Jazeera est une télé islamiste, usant de son influence pour promouvoir un islam radical. Elle a souvent été qualifiée de “télé de Ben Laden”. Il n’y a qu’un France où sa filiale AJ Plus, se présentant faussement comme indépendante, utilise la thématique à la mode (LGBT, féminisme, racisme, etc.) pour subvertir la société française, attaquer le courant patriote et promouvoir l’agenda islamiste.

Source: Al-Jazeera

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici