60 émeutiers Antifa arrêtés après avoir attaqué le ministère grec de la Santé

Image d'illustration / Photo: Shutterstock
Image d'illustration / Photo: Shutterstock

La police d’Athènes a arrêté au moins 60 émeutiers d’extrême gauche qui ont pris d’assaut les bureaux du ministère grec de la Santé lors d’une manifestation de soutien à un terroriste d’extrême gauche emprisonné.

Après avoir envahi le bâtiment du ministère, ce mardi, les activistes ont déployé des banderoles et jeté des tracts autour des bureaux pour soutenir le terroriste d’extrême gauche Dimitris Koufodinas, condamné pour une vingtaine de meurtres.

La police est intervenu pour arrêter les partisans de l’extrême gauche, les emmenant au quartier général de la police grecque dans le centre d’Athènes.

C’est la dernière manifestation en date des extrémistes d’extrême gauche en faveur des Dimitris Koufodinasau cours des dernières semaines. Le terroriste d’extrême gauche, connu comme tueur du groupe terroriste de l’Organisation révolutionnaire du 17 novembre (17N) de 1975 à 2000, a entamé une grève de la faim depuis janvier après avoir demandé à être transféré hors de la prison de sécurité maximale où il purge sa peine.

On pense que des anarchistes sont à l’origine de l’attentat à la bombe incendiaire contre le bureau du parti conservateur Nouvelle Démocratie à Nea Filadelfei, dans la banlieue d’Athènes, au début de ce mois.

Le ministre grec du Développement et des investissements, Adonis Georgiadis, a publié sur Twitter des photos des dégâts causés au bureau et a condamné l’attaque, déclarant: “Les misérables voyous d’extrême gauche ont brûlé les bureaux de notre bureau avec des cocktails Molotov“.

Une émission de télévision grecque a ensuite publié une revendication de responsabilité pour l’attentat de la part des anarchistes, qui ont déclaré que l’attentat était une réponse à la grève de la faim de Dimitris Koufodinas.

Quelques jours plus tard, un groupe d’extrémistes anarchistes a pris d’assaut les bureaux de l’agence de presse publique Athènes-Macédoine pour soutenir le terroriste, échappant à l’arrestation en quittant les lieux avant l’arrivée des officiers.

Ce mois-ci également, une petite bombe a été déposée dans un bâtiment d’Athènes qui abrite plusieurs journaux, causant des dégâts mineurs à l’entrée du bâtiment.

Bien que le bâtiment ait été la cible d’extrémistes d’extrême gauche dans le passé, on ignore actuellement qui a posé cet engin.

Source: AP/ Greek Reporter

Des armes et des explosifs retrouvés par la police lors d’un raid contre un squat d’Antifa en Grèce

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici