Qu’ils sont cons! L’Agence spatiale européenne exporte la diversité dans l’espace

Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons
Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons

L’antiracisme est une idéologie totalitaire qui n’épargne aucun domaine de la vie humaine, depuis les coupes de cheveux, en passant par les jeux vidéos jusqu’à la conquête spatiale. L’Agence spatiale européenne organise sa première campagne de recrutement d’astronautes en 11 ans et affirme que sa priorité est une “plus grande diversité”.

L’équivalent européen de la NASA cherche à recruter plus de femmes astronautes cette année, ainsi que des personnes handicapées qui ont toujours rêvé d’aller dans l’espace.

Nous regardons vers la Lune et Mars. Nous avons besoin d’excellents astronautes pour l’avenir“, a déclaré mardi le directeur général de l’ESA, Jan Woerner, dans un bla-bla quasi soviétique. “Pour aller plus loin que jamais, nous devons regarder plus loin que jamais“.

Sur plus de 560 personnes qui sont allées dans l’espace, seules 65 étaient des femmes. Sur ces 65 femmes, 51 étaient américaines. L’ESA n’a envoyé que deux femmes dans l’espace — Claudie Haigneré et Samantha Cristoforetti. Il sera difficile de redresser ce déséquilibre et d’atteindre les quotas pour satisfaire les féministes (50% de femmes? 100% de femmes?).

Le grotesque idéologique ne s’arrête pas là. L’agence a également déclaré que le “temps est venu” d’envoyer dans l’espace des personnes handicapées dans le cadre d’une initiative appelée Projet de faisabilité des parastronautes. Selon l’ESA, c’est la première fois qu’une agence spatiale, où que ce soit, ouvre le processus de candidature aux personnes handicapées.

Représenter toutes les parties de notre société est une préoccupation que nous prenons très au sérieux“, a déclaré David Parker, directeur de l’exploration humaine et robotique de l’agence. “La diversité à l’ESA ne doit pas seulement tenir compte de l’origine, de l’âge, des antécédents ou du sexe de nos astronautes, mais aussi peut-être des handicaps physiques“.

Ce n’est pas un sketch d’un mauvais humoriste sur Rire et chansons, mais la déclaration officielle d’une personne responsable de la conquête spatiale européenne.

Pour déterminer l’éligibité des candidatures, l’agence va se baser dans un premier temps sur les critères établis par le Comité international paralympique en choisissant des personnes “présentant une déficience des membres inférieurs en dessous du genou ou de la cheville, des différences extrêmes de longueur de jambe ou une taille inférieure à 130 centimètres“.

Alors, exit Thomas Pesquet? Bon, il n’a qu’à déclarer qu’il se considère comme une femme. Lui refuser l’accès au programme spatial deviendrait alors machiste, sexiste, misogyne et transphobe.

Source: AP

Ne dites plus “lait maternel”, mais “lait humain”…. le cirque inclusif continue en Grande-Bretagne

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici