Les écolos pètent un câble: six déplacements autorisés en voiture individuelle par an?

Image d'illustration / Photo: Netflix
Image d'illustration / Photo: Netflix

Un projet de loi écolo veut restreindre drastiquement la circulation automobile des particuliers à Berlin. Les déplacements en voiture ne seraient autorisés que dans des cas exceptionnels, par exemple pour transporter des objets lourds. Dans dix ans, le nombre de déplacements autorisés doit être encore réduit de moitié, en passant de douze à six.

Une “initiative citoyenne” veut restreindre de façon drastique la circulation automobile à Berlin: douze trajets par un. Les déplacements en voiture particulière ne seraient autorisés que dans des cas exceptionnels. Après dix ans, le nombre de voyages autorisés serait à nouveau réduit de moitié.

Ce projet de loi veut interdire dans une large mesure la circulation des voitures dans le périmètre du périphérique berlinois S-Bahn. Une initiative citoyenne écolo dingo a présenté un projet de loi à cet effet jeudi.

Selon ce projet, les citoyens ne devraient être autorisés à utiliser un véhicule à moteur à titre privé que “jusqu’à douze fois par an”, pour le transport de marchandises lourdes ou encombrantes ou pour quitter la ville pour partir en vacances.

Au bout de dix ans, le nombre de déplacements autorisés serait encore réduit de moitié et ramené à six. Un Berlinois n’aurait donc le droit de sortir sa voiture du parking que tous les deux mois en moyenne, et encore, s’il arrive à justifier son usage.

Selon les idées de l’initiative Volksentscheid Berlin autofrei (“Initiative populaire Berlin sans voiture”), il devrait y avoir des exceptions à l’interdiction de circuler en voiture pour les transports publics locaux, les livreurs, les services d’urgence, la police et les pompiers ou les personnes à mobilité réduite.

L’initiative veut mettre en œuvre son projet de bannir les voitures à l’aide d’un référendum, comme cela est prévu dans la législation berlinoise. D’avril à septembre 2021, les organisateurs veulent recueillir les 20 000 signatures nécessaires à l’organisation d’un référendum.

En même temps, le projet de loi a été soumis à l’administration de la ville pour une estimation des coûts que l’interdiction de la voiture individuelle entraînerait.

Si le parlement berlinois n’adopte pas l’initiative, la pétition proprement dite pour un référendum doit suivre en 2022, selon le calendrier législatif. Si les 170 000 signatures requises sont réunies, un référendum sera organisé en 2023, dont le résultat aura la force d’une loi votée.

Il y a trop de voitures sur les routes de Berlin, qui polluent l’air, occupent beaucoup trop d’espace et mettent inutilement en danger la vie des gens, qu’elles soient électriques ou diesel“, affirment les initiateurs de l’initiative.

Derrière les slogans écologistes de gauche sur une meilleure qualité de vie (“Nous voulons que les gens puissent dormir avec les fenêtres ouvertes et que les enfants puissent à nouveau jouer dans la rue“), se cache une utopie nuisible du refus du progrès technique et la haine bolchévique de l’individu, surtout s’il est propriétaire.

Dans la tête de ces rouges-verts — qu’ils soient berlinois ou parisiens —, l’automobile individuel est un symbole de la “classe privilégiée”, qu’il faut emmerder au maximum, à défaut de la guillotiner ou de lui mettre une balle dans la nuque.

Source: Die Welt

Hidalgo est devenue folle! La maire de la capitale veut imposer Paris sans voitures!

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici