Percée du populisme au Portugal, voici le programme du national-libéral André Ventura

André Ventura
André Ventura, eader du parti Chega

Premier député authentiquement nationaliste élu au Parlement portugais depuis la chute de Salazar en 1974, le président du parti Chega (“Assez”) a recueilli 12 % des voix à l’élection présidentielle portugaise en janvier dernier. Assez pour en faire un faiseur de rois alors que son parti n’a qu’un peu plus d’un an et demi d’existence. Un séisme dans ce pays où la social-démocratie régnait jusque-là en maître. Découvrez un résumé des revendications de son parti d’après son manifeste.

  • Contre l’avortement et l’euthanasie.
  • Contre le racisme et le communautarisme qui iraient à l’encontre des racines culturelles européennes.
  • Contre l’oligarchie.
  • Contre l’enseignement public
  • Pour l’abolition du Ministère de l’Éducation.
  • Contre le politiquement correct.
  • Contre l’insécurité.
  • Pour une IVème République.
  • Contre les impôts confiscatoires.
  • Pour un État limité aux fonctions régaliennes.
  • Pour une réduction du nombre de députés.
  • Pour un retour à la perpétuité réelle.
  • Pour la castration chimique des pédophiles.
  • Pour une mise à l’honneur de la culture portugaise.
  • Pour le maintien des valeurs et traditions millénaires.
  • Contre le marxisme culturel.
  • Contre l’idéologie de la théorie du genre.

Comme tous les peuples d’Europe, les Portugais souhaitent se réapproprier leur destin. Le vœu du grand poète portugais Luís de Camões semble avoir été exaucé : “Faites, Seigneur, que jamais les peuples que l’on admire, Allemands, Français, Italiens, Anglais, ne puissent dire que les Portugais sont faits pour obéir plus que pour commander.

Source : Portugal en français

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici