Les médecins tirent la sonnette d’alarme: le confinement est mortel pour les enfants

Image d'illustration / Photo: PxHere
Image d'illustration / Photo: PxHere

Les enfants fonctionnent généralement dans trois grands espaces sociaux: la famille, l’école et les amis. Avec les restrictions sanitaires qu’ils ont imposées, les hommes politiques ont enlevé deux de ces espaces qui structurent la journée des enfants. En conséquence, les enfants sont en danger de négligence physique et mentale.

Le stress psychologique grave ainsi que les maladies ont augmenté en raison du confinement, non seulement chez les adultes, mais aussi et surtout chez les enfants.

C’est ce qu’affirme le directeur de l’hôpital pédiatrique de Westphalie, à Dortmund, Dominik Schneider, dans une interview accordée au plus grand radiodiffuseur allemand, Deutschlandfunk.

Les enfants atteints de maladies graves comme le diabète et le cancer sont amenés dans les cliniques beaucoup plus tard qu’avant le confinement, parfois dans un état catastrophique. Ce phénomène n’est pas observé qu’en Allemagne, mais aussi au niveau européen et même international.

En outre, le taux de troubles mentaux est en augmentation. Les médecins constatent une consommation excessive et pathologique de médias et des jeux vidéo, une augmentation de la mauvaise alimentation, un manque d’exercice et la prise de poids qui en découle.

Le concept d’enseignement à domicile, très efficace en formule de l’école à la maison assumée volontairement, ne fonctionne pas dans ce cas car les parents et les enfants se sentent seuls et abandonnés par l’Éducation nationale.

Les parents, souvent en télétravail, laissent les enfants devant des consoles de jeux et la télévision. En conséquence, les enfants tombent dans un état de grave négligence physique et mentale. Ce problème touche toutes les classes sociales.

En pourtant, selon le professeur Dominik Schneider, les enfants ne sont pas les vecteurs de la pandémie. Les clusters dans les écoles sont rares.

Cet avis est partagé par le président de l’Association allemande des médecins de l’assurance maladie, Andreas Gassen, qui fait état d’une augmentation nette des problèmes de comportement chez les enfants. Les écoles doivent donc être impérativement déconfinées le plus rapidement possible. “Sinon, nous détruirons les possibilités d’éducation des enfants.

Le même phénomène est constaté dans d’autres pays. En Angleterre, l’Office des statistiques nationales note 5460 décès, entre janvier et septembre seulement, ainsi qu’une augmentation spectaculaire des appels aux services d’ambulances de Londres pour des raisons liées au suicide ou à des tentatives de suicide.

Entre mars et novembre de l’année dernière, quelque 15 541 appels suicidaires ont été enregistrés par le service, contre 11 703 au cours de la même période l’année précédente.

Le confinement a eu de graves conséquences sur la santé mentale des petits Britanniques, avec un nombre croissant d’enfants hospitalisés, après s’être automutilés ou avoir fait une overdose de médicaments, selon le Dr John Wright du Bradford Royal Infirmary.

Les enfants sont une tribu perdue dans la pandémie. Alors qu’ils se sentent perplexes face aux conséquences sanitaires de la Covid-19, leur vie et leur routine quotidienne ont été bouleversées“, a-t-il écrit.

Selon l’étude Born in Bradford, les enfants souffrent de plus en plus d’anxiété, d’isolement et d’ennui.

Les enfants en crise de santé mentale avaient l’habitude d’être amenés aux urgences environ deux fois par semaine. Depuis l’été, c’est plutôt une ou deux fois par jour. Certains, dès l’âge de 10 ans, se sont mutilés, ont fait des overdoses ou ont tenté de s’asphyxier”, a-t-on écrit, ajoutant : “Il y avait même un enfant de huit ans.”

Sources : Deutschlandfunk/ BBC

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici