Viols, agressions sexuelles, pédophilie… Un cinquième scandale sexuel à la mairie de Paris

Mairie de Paris / Photo: Twitter
Mairie de Paris / Photo: Twitter

Si elle prétend réellement être candidate à la prochaine élection présidentielle, Anne Hidalgo ferait bien de faire le ménage au sein de sa majorité artificielle constituée à coups d’alliances avec les pseudo-écologistes et les authentiques communistes: un cinquième scandale sexuel vient d’éclater, qui met en cause l’un de ses membres.

La première, et sans doute la plus retentissante de ces affaires, met en cause Christophe Girard, l’emblématique “Monsieur Culture” de la ville de Paris sous les mandats de Bertrand Delanoë, puis d’Anne Hidalgo.

Ce sexagénaire avait été accusé en juillet dernier d’avoir soutenu financièrement et protégé l’écrivain Gabriel Matzneff, auteur d’actes pédocriminels. Il a démissionné de ses fonctions, malgré la colère et  “l’écœurement” d’Hidalgo.

Pourtant, il s’apprête à revenir à la mairie de Paris: il a en effet fait part de son intention de se rendre au Conseil de Paris le 2 février, déclarant s’être “engagé à servir Paris” et vouloir honorer son mandat, même après avoir perdu ses fonctions d’adjoint.

Une deuxième affaire impliquait pourtant ce même Christophe Girard: en août dernier, le Tunisien Aniss Hmaïd l’a accusé de l’avoir violé lorsqu’il était adolescent dans les années 1990.

Mais l’enquête préliminaire a été classée sans suite fin novembre en raison de la prescription des faits. De même, aucune poursuite judiciaire ne menace l’ancien adjoint dans l’affaire Matzneff.

Troisième affaire: le 1er octobre, une enquête a été ouverte à l’encontre d’un collaborateur de l’adjointe EELV en charge de la santé publique, Anne Souyris, accusé d’avoir violé une femme dans l’enceinte de l’Hôtel de Ville le 23 septembre. Il a été suspendu par la Ville de Paris jusqu’à la fin de la procédure.

Quatrième scandale: Le 12 novembre, Pierre Aidenbaum, maire du 3e arrondissement pendant 25 ans, a été accusé par sa plus proche collaboratrice de l’avoir agressée en septembre. Mis en examen pour “viol et agression sexuelle par personne ayant autorité“, le cacique socialiste, âgé de78 ans, a dû à son tour démissionner de son mandat de conseiller.

Et maintenant, le cinquième: Maxime Cochard, élu communiste du XIVe arrondissement, conseiller délégué “à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations” de la mairie du XIVe, a été accusé jeudi dernier par Guillaume T., un étudiant, également membre du PCF,  de l’avoir violé en octobre 2018.

Après plus de deux ans sans savoir mettre les mots sur ce qui m’est arrivé, je me rends compte que j’ai été violé par Maxime Cochard, conseiller de Paris et par son compagnon Victor Laby en Octobre 2018 alors que je n’avais que 18 ans et que j’étais particulièrement vulnérable”, a écrit l’étudiant.

Il accuse ces deux hommes d’avoir “profité de [sa] jeunesse, de [sa] naïveté, de leurs responsabilités au sein du PCF pour avoir des relations sexuelles non consenties avec [lui]”. Maxime Cochard, âgé de 36 ans, a dénoncé une “accusation totalement fausse” et dit vouloir porter plainte pour diffamation.

Mais le PCF l’a néanmoins enjoint, ainsi que son conjoint, de “se mettre en retrait de toutes leurs responsabilités au sein du PCF Paris” et de ne plus participer au Conseil de Paris. Même chez les communistes, il y a tout de même des limites…

Source: Marianne

4 Commentaires

  1. Elle est bien la Mairie de paris , entre violeurs, pédo…. profiteurs en tout genre, intrigants , écolo dogmatique ; il y a quoi encore dans les poubelles de la mairie ?
    Un p’ti abus de bien socio ? ……..

  2. Vieille habitude des socialistes, voir l’affaire des ballets roses sous la IVème République. Pendant que Mitterrand et Mollet envoyaient les jeunes de 20 ans en Algérie, le socialo-pédophile le Troquer lui s’envoyait leurs petites soeurs, au pavillon Butard.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici