Une vaste étude au Québec: la colchicine efficace pour traiter la COVID-19… sans hospitalisation

Image d'illustration/Wikimedia Commons
Image d'illustration/Wikimedia Commons

Depuis le début de la lutte contre l’épidémie du Coronavirus chinois, on a surtout entendu parler de confinement et de recherche sur les vaccins, et bien peu d’une priorité pourtant essentielle: guérir les malades…

Au Québec, une grande étude a été lancée en mars dernier par le DTardif, directeur du centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM), avec l’aide d’une équipe pan-québécoise.

Elle porte sur l’efficacité d’un médicament déjà bien connu: La colchicine. Sur près de 4500 participants à cette étude, 3000 vivent au Québec, les autres se trouvant aux États-Unis, au Brésil, en Espagne et en Afrique du Sud.

On a finalement un premier traitement qui peut aider les patients atteints de la COVID-19 avant leur admission à l’hôpital pour prévenir les hospitalisations, prévenir les intubations et prévenir les décès“, vient de déclarer le chercheur, “C’est une avancée majeure !

Chez 4159 patients dont le diagnostic de COVID-19 avait été validé par un test PCR et qui présentaient un facteur de risque de complications, la colchicine aurait entraîné une baisse de 25 % des hospitalisations, une baisse de 50 % du besoin de ventilation, et une diminution des décès de 44 % par rapport au groupe témoin.

La prescription de la colchicine aux patients pourrait contribuer à atténuer les problèmes d’engorgement des hôpitaux et à réduire les coûts liés aux systèmes de santé des gouvernements d’ici comme ailleurs“, dit le communiqué de l’ICM publié vendredi.

Découverte au XIXsiècle et initialement utilisée contre la goutte, la colchicine est un anti-inflammatoire souvent utilisé en cardiologie. Elle est peu coûteuse et a peu d’effets secondaires. Le DTardif a montré qu’elle réduisait de plus du quart le risque de récidive chez des cardiaques.

Le traitement consiste à prendre un comprimé de colchicine deux fois par jour pendant les trois premiers jours suivant le diagnostic, puis une fois par jour pendant les 27 jours suivants.

Le gouvernement du Québec, les autorités de santé publique et le corps médical doivent maintenant décider de la mise en œuvre, ou non, du traitement de la COVID-19 par la colchicine.

Source: La Presse

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici