Scandale concernant la Garde nationale à Washington: mobilisés pour protéger Biden, ils sont traités comme du bétail

Parqués dans un parking / Photo: DR
Parqués dans un parking / Photo: DR

Des milliers de soldats de la Garde nationale, mobilisés pour protéger la cérémonie de l’inauguration de Joe Biden, ont été relégués dans un parking souterrain exigu après avoir été soudainement bannis de certaines parties du Capitole.

Les militaires ont été informés qu’ils ne pouvaient plus accéder à certaines zones du complexe du Capitole, y compris la cafétéria du bureau du Sénat qui leur servait auparavant d’aire de repos, après avoir pourtant inlassablement protégé la capitale nationale dans les jours précédant l’inauguration présidentielle.

Environ 25 000 soldats de la Garde nationale, en provenance des 50 États, ont été mobilisés à Washington pour protéger la ville pendant l’investiture de Joe Biden. Beaucoup de ces soldats utilisaient un café dans le bâtiment du Sénat comme lieu de détente pendant les pauses et pour se connecter à internet, avant de recevoir l’ordre de quitter le Capitole et les bâtiments du voisins Congrès le jeudi après-midi.

Les soldats ruminent leur ressentiment et affirment se sentir trahis. “Après avoir tout fait pour que les événements se déroulent sans heurt, nous avons été jugés inutiles et bannis dans un coin d’un parking“, a déclaré un garde à la sortie rapporte un témoignage du journal d’extrême gauche Politico.

Hier, des dizaines de sénateurs et de députés sont venue à notre rencontre en prenant des photos, en nous serrant la main et en nous remerciant pour notre aide. 24 heures après, ils n’avaient plus besoin de nous et nous ont bannis dans un coin de parking“.

Une unité de 5000 militaires a été forcée de faire des pauses dans un parking souterrain, sans réseau internet, avec une seule prise électrique et seulement deux cabines de toilettes.

Les photos semblent montrer des troupes allongées à même le sol en béton pour se reposer et dormir, alors que les températures extérieures à Washington sont tombés à 4°C.

Le journaliste américain John Nolte fait le parallèle entre le traitement réservé aux militaires américains et la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre qui interdit expressément de les forcer à dormir sur du béton ou dans des parkings.

Après seulement deux jours de fonction, Joe Biden a permis à ses propres troupes d’être traitées plus mal qu’il ne le ferait jamais pour des terroristes ou des ennemis de l’Amérique“, résume le journaliste, en citant l’article 25 de la Convention de 1964.

Les locaux affectés à l’usage tant individuel que collectif des prisonniers de guerre devront être entièrement à l’abri de l’humidité, suffisamment chauffés et éclairés, notamment entre la tombée de la nuit et l’extinction des feux. Toutes précautions devront être prises contre les dangers d’incendie.

Imaginez si cela avait été Trump…“, conclue John Nolte.

Sources : Politico/ Fox News

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici