Après la pause Trump, Biden recommence à arroser les avorteurs étrangers avec de l’argent public

Image d'illustration / Photo: Pxhere
Image d'illustration / Photo: Pxhere

L’administration Biden va abandonner la politique de l’ancien président Trump qui interdisait l’aide étrangère américaine aux organisations internationales qui promeuvent ou pratiquent des avortements. Cette décision a été annoncée à la veille du 48e anniversaire de la légalisation de l’infanticide prénatal aux Etats-Unis.

Une déclaration attribuée à Joe Biden et au vice-président Kamala Harris dit qu’au cours “des quatre dernières années, la santé reproductive, y compris le droit de choisir, a été l’objet d’attaques extrêmes et incessantes.”

La “santé reproductive” signifie, dans le langage codé des gauchistes, la liberté de tuer comme on veut son enfant avant sa naissance.

La déclaration continue en disant que “l’administration Biden-Harris s’est engagée à codifier l’affaire Roe vs Wade et à nommer des juges qui respectent les précédents fondamentaux” le droit à l’avortement.

L’affaire Roe contre Wade, portée il y a 48 ans devant la Cour suprême, légalisait l’avortement aux Etats-Unis. Les sectaires Biden et Harris affirment ici en faire un dogme quasi-religieux et le fondement de toute action, comme on le voit dans le cas précis de l’aide internationale.

Tout indique que l’administration va annuler la “politique de Mexico” du président Trump qui avait restreint l’utilisation de l’aide financière aux organisations étrangère pour les avortements.

Le président Biden révoquera la politique de Mexico dans les prochains jours, dans le cadre de son engagement plus large à protéger la santé des femmes et à faire progresser l’égalité des sexes dans le monde entier“, a déclaré le conseiller à la Santé du nouveau président, lors d’une réunion du conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé que.

Dans ce langage codé de la gauche “la santé des femmes” veut dire la possibilité de tuer impunément un enfant avant la naissance, tandis que “l’égalité des sexes” signifie la privation de l’homme de décision du sort de son enfant à naître.

Le secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a pourtant déclaré jeudi – en réponse à une question sur la politique de Mexico – que Joe Biden était un “catholique fervent”. Or, l’Eglise catholique est opposée à l’avortement. Mais Biden est un homme de gauche: il n’est pas à une contradiction près.

Source: AP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici