Moins 41% de demandes d’asile en France en 2020 ! L’effet-Covid ?

Photo: DR

Les statistiques de l’immigration pour 2020 ont été publiées hier : pour la première fois depuis 2015 et l’explosion de la submersion migratoire, le nombre de demandes d’asile a chuté de 41% en France l’an dernier.

Les chiffres montrent une très nette rupture après des années de hausse, et aux yeux des fonctionnaires en charge de ce décompte, il semble ne faire aucun doute qu’elle est due à l’épidémie de Covid-19.

La pandémie a eu des “conséquences importantes à la fois sur les flux (migratoires) entrant et sortant”, a en effet commenté le ministère de l’Intérieur en publiant ces chiffres, tout en précisant qu’ils restent provisoires.

Les statistiques rendues publiques hier montrent également un effondrement de 80% du nombre de visas délivrés : 712 311 contre 3,53 millions en 2019.

Ce ne devrait pas être une surprise, puisque le secteur du tourisme a été l’un des plus gravement endommagés par les mesures dites “sanitaires“, aussi bien celles de la Macronie que celles prises dans les autres pays.

Le tourisme en France a d’ailleurs été particulièrement plombé par le très net recul du nombre de visiteurs chinois: notre pays n’en a accueilli que 71 451 en 2020, un chiffre presque dérisoire si on le compare aux 757 500 qui l’avaient visité en 2019.

On aura pourtant du mal à considérer cette baisse spectaculaire du nombre de demandes d’asile comme une mauvaise nouvelle, puisque la France est littéralement envahie par les immigrants clandestins dont l’entrée illégale est encouragée et facilitée par une noria d’associations subventionnées et de politicards de gauche.

En réalité, la vraie mauvaise nouvelle du jour est également contenue dans ces dernières statistiques, qui mettent en exergue, pour cette même période et probablement sous les mêmes prétextes, une baisse de 51,8%… des expulsions d’immigrants illégaux.

Source: La Provence

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici